Couverture du livre : Le Tartuffe4ème de couverture :

Une famille est déchirée; sous le masque d’une religion austère, un intrus s’est installé, a conquis Orgon, le maître de maison, et sème de désordre : il courtise en secret la femme de son hôte, convoite sa fille et ses biens. Et Orgon n’y voit que du feu… sacré En 1664, Molière montre, dans Le Tartuffe, les dangers de l’imposture et de l’aveuglement. Deux fois interdite à l’époque, sa pièce est plus que jamais d’actualité. Et si le rire restait le meilleur moyen de combattre le fanatisme ?

Extrait pour vous donner un aperçu :

“Daphné, notre voisine, et son petit époux

Ne seraient-ils point ceux qui parlent mal de nous ?

Ceux de qui la conduite offre le plus à rire

Sont toujours sur autrui les premiers à médire ;

Ils ne manquent jamais de saisir promptement

L’apparente lueur du moindre attachement,

D’en semer la nouvelle avec beaucoup de joie,

Et d’y donner le tour qu’ils veulent qu’on y croie :

Des actions d’autrui, teintes de leurs couleurs,

Ils pensent dans le monde autoriser les leurs,

Et sous le faux espoir de quelque ressemblance,

Aux intrigues qu’ils ont donner de l’innocence,

Ou faire ailleurs tomber quelques traits partagés

De ce blâme public dont ils sont trop chargés.”

Acte 1

Pour d’autres extraits, rendez-vous ici

Mon Avis :

J’ai bien aimé parce que Molière manie la langue française comme personne. Il écrit en vers et ça me laisse sans voix. Ça m’impressionne.
En plus, les dialogues sont plein de piquants et d’espiègleries ce qui rend la lecture intéressante.
L’histoire en elle-même a une belle morale : celle de ne pas se laisser avoir par les faux semblants. Cette morale étant toujours d’actualité, on peut se dire que la société est resté la même pour certaines choses. Enfin voilà vous l’aurez compris, ce livre fait réfléchir.
Le seul petit bémol est la fin qui est un peu abrupte.
Je vous le conseille vivement.

En résumé : une belle petite pièce de théâtre.

Notation : **** (Bon)

Publicités

Laisser un commentaire