Quatrième de couverture :

Ne jugez pas un livre garçon sur sa couverture son apparence.

“Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginez, c’est sans doute pire.”

Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui, pour la première fois, ses parents l’envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux.

Extrait pour vous donner un avant-gout :

Je ne vous en donne pas ici, mais dans ma chronique il y en aura à foison.

Mon Avis :

Pour moi, c’est un peu plus qu’un livre. Pourquoi ? J’ai une petite sœur handicapée et ceux du à une maladie mitochondriale. Comment dire ? Elle ne ressemble pas aux autres comme August. Cependant, elle n’a pas ses facultés de compréhension. Et des fois, je me dis heureusement (Cela peut vous paraître méchant) mais justement vu qu’elle ne les a pas, elle n’accorde aucune espèce d’importance au regard des autres. Elle n’en est donc pas blessé mais la famille oui!!! Même si avec le temps, on n’y accorde moins d’importance.

Mon vécu personnel m’a aidé à m’identifier au personnage d’Olivia bien que sur certains points nos avis diverges et c’est normal. Je n’ai pas la même expérience, la même famille, la même éducation qu’elle. Cependant, sa jalousie vis-à-vis du temps que ses parents accordent à son frère est pour moi totalement compréhensible. Je l’ai moi-même vécu., j’ai du coup eu des larmes aux yeux.

Malgré tous les comportements absurdes de tout un chacun envers August, je peux vous dire que certaines choses dans la réalité le sont encore plus. J’ai d’ailleurs une anecdote à vous raconter à ce sujet. Pour ceux qui ne sont pas intéressé, il suffit de passer le paragraphe en italique. Ne vous inquiétez pas je ne vous en voudrait pas.

Ma sœur est polyhandicapée (elle ne marche pas, elle ne parle pas), elle devait avoir 8 ans quand ça s’est passé (moi, j’en avais 11 ans). Mes parents, ma sœur et moi, on était à l’aéroport Charles De Gaule. On devait passé les portiques de détection des métaux et comme à mon habitude, je passais en premier. Il fallait plus de temps pour préparer ma sœur : la faire descendre du fauteuil roulant, lui enlever le manteaux et la faire marcher jusqu’au portique avec l’aide de mon père… Sinon elle tomberait. Mon père est passé avec elle et le détecteur à métaux à sonner à cause de ces chaussures qui sont renforcées pour l’aider à marcher. La dame de la sécurité a demandé à ce qu’on les enlève et à ce que ma sœur repasse. Cependant elle a sonné à nouveau. La dame a donc demandé à ce qu’elle passe sans mon père. Sauf qu’elle ne sait pas marcher toute seule. Enfin, on s’est débrouillé. Ma mère est passée de l’autre côté du portique pour l’attraper et mon père la tenait de l’autre coté. Mais elle a encore sonnée. La dame de la sécurité a alors demandé à ce que l’on déshabille ma sœur. Bon sang!!!  Mais c’est un être humain, je suis sûr qu’elle n’aurait jamais osée si ma sœur avait été normale. Et là, mon père a eu la seule réaction sensé (selon moi), il a dit non! Il a fait passé le portique à ma sœur et on est allé prendre notre avion sous les cris de la dame de sécurité “j’appelle la police de l’aéroport”.

Je trouve que quand l’auteure ou August parle bien du regard des autres, les sensations sont très proche de la réalité et de mon vécu personnel. Cela donne des passages tristes, émouvant aux larmes et également de donner des gifles à tour de bras. En outre, j’ai beaucoup d’admiration pour Auggie. Je le trouve très courageux et avec un sens de l’humour… Comment le décrire? Il est sarcastique, ironique et ne se laisse pas démonter pas les remarques désobligeantes. Il est caustique. Je trouve qu’il grandit durant cette année d’école et sa relation avec les autres. C’est très gentillai au niveau de l’évolution de ces éléments. Comme je le disais ce livre reste soft sur certaines choses mais n’est-ce pas ce qu’on attend dans les livres. En tout cas, J’aime mais que dis-je j’adore quand les livres nous vendent de l’espoir, que ce soit un peu plus rose que dans la vie réel. J’ai tendance à fuir les livres plus noire que dans la vie réel, ou alors à les lire à petite dose.

Ce livre, je l’ai dévoré, je n’en ai pas laissé une miette. Je l’ai ouvert et les pages ont défilées toutes seules sans que je m’en rend compte. Le livre était hyper prenant. De plus, avoir le point de vue de différents personnages :

August,

“Mr Browne continua de blanchir le tableau noir. Puis il se retourna.

– Personne n’a parlé de ce qu’il y a de plus important.

– Dieu ? proposa un élève, mais alors que le prof inscrivait Dieu, je vis que ce n’est toujours pas ça.

Sa main traça ensuite les mots:

CE QUE NOUS SOMMES !

– Ce que nous sommes, dit-il en soulignant avec sa craie. Ce que nous sommes! Nous ! D’accord ? Quel genre de personnes sommes-nous? Est-ce que ce n’est pas ce qu’il y a de plus important ? Est-ce que ce n’est pas la question qu’on devrait se poser tout le temps ? “Quel genre de personne suis-je ?”

Beautiful Child de Eurythmics :

Olivia,

“Avant, je ne voyais pas August comme les autres le voient. Je savais qu’il ne ressemblait pas vraiment à tout le monde, mais je ne comprenais pas pourquoi les gens étaient si choqués. Horrifiés. Dégoûtés. Effrayés. Il y a tant de mots pour décrire les expressions qui s’affichent sur leur visage. Pendant longtemps, je n’ai pas compris. J’étais juste furieuse. Furieuse lorsqu’ils le regardaient fixement. Furieuse lorsqu’ils détournaient les yeux.

– Mais qu’est-ce que vous regardez? leur hurlais-je, même aux adultes.”

Space Oddity de David Bowie :

Miranda, Beautiful things de Andain :

Summer,

Il y a des élèves qui sont carrément venus me voir. Ils m’ont demandé pourquoi je passais autant de temps avec “le monstre”. En fait ce sont ceux qui le connaissent le moins. S’ils prenaient le temps de faire sa connaissance, ils ne l’appelleraient pas ainsi.

– Parce qu’il est sympa.

C’est ce que je réponds toujours.

– Et ne l’appelle pas comme ça.

– Tu es une sainte, Summer, m’a dit l’autre jour Ximena Chin. Je serais incapable de faire ce que tu fais.

– Mais je ne fais rien de spécial, lui ai-je répondu. J’étais sincère.

Qui aurait pu prévoir que le simple fait de m’asseoir avec August Pullman au déjeuner aurait un tel effet ? les gens réagissent comme si c’était la chose la plus étrange au monde. Les enfants peuvent être tellement bizarres.

Je me suis assise avec le premier jour parce que j’avais pitié de lui. C’est tout. Il était là, cet élève au visage hors du commun, dans ce collège où nous faisions notre première rentrée. Personne ne lui adressait la parole. Les filles à ma table parlaient de lui en chuchotant. Ce n’était pas le seul dont tout le monde parlait. Julian l’avait surnommé “le bébé zombie”. C’est comme ça qu’on l’appelait.

– Est-ce que tu as vu le bébé zombie ?

Ce genre de phrase circule rapidement. August le savait très bien. C’est déjà assez dur d’être nouveau quand on a une tête normale. Alors vous imaginez, avec la sienne ?

Du coup, je suis allée m’asseoir avec lui. Rien d’extraordinaire. J’aimerais que les autres arrêtent d’en faire tout un plat.

C’est un élève, voilà tout. Bon, je n’ai vu personne qui lui ressemble. Mais il est comme les autres. C’est juste un garçon.

Conclusion : Summer est juste géniale.

Beautiful de Christina Aguilera :

Jack

“Quatrièmement, maintenant que je le connais, je peux dire que j’ai sincèrement envie d’être son ami. Au début, j’avoue, je restais avec lui juste parce que M. Bocu m’avait demandé d’être sympa et tout ça. Mais maintenant, ça me plait de passer du temps avec lui. Il rit à toutes mes blagues. Et j’ai le sentiment que je peux tout lui confier. C’est vraiment un super ami. Genre, si tous les garçons de sixième étaient alignés contre un mur et que je doive choisir celui que je préfère, eh bien, je choisirais August.”

De voir August à travers leur regard. C’est un peu un roman chorale. Et je trouve que cela lui va super bien. Tout ça, mélangé avec la belle plume de l’auteure. Cela fait une recette super croyez-moi!

En résumé : c’est un livre sur la tolérance, comique et émouvant. Il est EXCELLENT. Je vais me permettre de vous donner un ordre Lisez-LE!!!!! (J’avais trop envie de dire ça)

Notation :

7361997_a0211

 

 

 

Un commentaire sur « Wonder de R. J. PALACIO »

Laisser un commentaire