Aujourd’hui, je vous mets les deux premiers paragraphes d’un livre que j’ai sorti de ma bibliothèque pas tout à fait au hasard. Je vous laisse deviner à quel livre ils appartiennent :

    “Impossible de nous promener ce jour-là. A vrai dire, nous avions fait un tour le matin pendant une heure dans le bosquet dépouillé de ses feuilles ; mais depuis le dîner (Mme Reed dînait de bonne heure quand il n’y avait pas d’invités), le vent froid de l’hiver avait apporté des nuages si sombres et une pluie si pénétrante qu’il ne pouvait plus être question désormais de prendre de l’exercice au-dehors.

J’en étais contente ; je n’ai jamais aimé les longues promenades, surtout l’après-midi par temps froid ; je redoutais le retour dans l’air âpre du crépuscule, qui vous pinçait les doigts et les orteils, tandis que j’avais le cœur attristé par les gronderies de Bessie, la bonne d’enfants, et humilié par le sentiment de mon infériorité physique à l’égard d’Eliza, de John et de Georgiana Reed.”

Publicités

2 commentaires sur « Rendez-vous premier paragraphe #7 »

Laisser un commentaire