Voici comme tous les mardis, un passage sélectionné pour vous du livre que je suis en train de lire : Treize Marches de Kazuaki Takano

– Aujourd’hui encore, mon frère s’en veut d’avoir été le seul à fréquenter l’université et, à la moindre occasion, il tente de me payer de retour.

Nangô désigna du menton le literie, l’autocuiseur et le reste du matériel empilé sur la banquette arrière.

– C’est lui qui m’a prêté tout ce barda. J’ai de la chance d’avoir ce grand-frère, non?

Jun’ichi acquiesça. Il faillit ajouter que c’était parce que ce frère ressemblait à Nangô, mais se ravisa, de peur de passer pour un flagorneur.

J’espère que ce passage vous a plu 😉

Publicités

Laisser un commentaire