Voici, les premiers paragraphes de Du domaine des Murmures de Carole Martinez :

On gagne le château des Murmures par le nord.

Il faut connaitre le pays pour s’engager dans le chemin qui perce la forêt épaisse depuis le pré de la Dame Verte. Cette plaie entre les arbres, des générations d’hommes l’ont entretenue comme feu, coupant les branches à mesure qu’elles repoussaient, luttant sans cesse pour empêcher que la masse des bois ne se refermât.

La voie en proie à l’effacement, où nous marchons longtemps, résonne de cris d’oiseaux. Nous peinons un peu et poussons sur nos orteils pour décoller nos pieds du sol boueux, de la terre qui monte en pente douce. Des ronces nous agrippent aux mollets, nous griffent au visage, de petits araignées brunes courent sur la mousse entre les feuilles. Nous avançons sous une voûte végétale que seuls de rares rayons parviennent à traverser. Quelques lames lumineuses zèbrent d’or les sous-bois comme dans les enluminures d’un vieux livre de contes.

J’espère qu’il vous plaira.

En tout cas, l’auteure s’exprime dans un très beau français.

Publicités

Laisser un commentaire