Coucou tout le monde,

Voici un extrait du livre que je suis en train de lire : Miles Vorkosigan de Lois McMaster Bujold :

La cinquantaine, maigre, le commandant Cecil était un homme d’humeur égale, et observateur. Très observateur. S’il n’était pas chef du personnel en titre – ce poste administratif étant réservé à un officier de plus haut rang –, Miles avait repéré depuis longtemps que Cecil décidait de tout en dernier ressort. C’est entre ses mains que passaient les ordres de mission de chaque diplômé de l’Ecole. Miles avait toujours trouvé en lui un homme accueillant, le professeur et l’homme cultivé prenant le pas chez lui sur l’officier. L’esprit caustique et raffiné, il manifestait un zèle intense pour son métier. Miles avait toujours eu confiance en lui. Jusqu’à présent.

— Mon commandant, commença-t-il en tendant son ordre de mission dans un geste qui trahissait sa déception, qu’est-ce que c’est que ça ?

Cecil, le regard pétillant d’amusement, empocha le billet de banque.

— Me demandez-vous de vous le lire, Vorkosigan ?

— Mon commandant, je mets en question… (Miles s’interrompit, se mordit la langue, reprit 🙂 J’ai quelques questions à poser concernant mon affectation.

— Officier en chef de la section de météorologie à la base Lazkowski, récita le commandant Cecil.

— Ce… ce n’est donc pas une erreur ? J’ai reçu la bonne enveloppe ?

— Si c’est ce qui est écrit, oui.

— Savez-vous que… que la seule classe de météo que j’aie suivie concernait l’aviation ?

— Oui, répondit Cecil, la mine impassible.

Miles hésita. Que Cecil ait fait sortir son secrétaire signifiait que la discussion devait être franche.

— Est-ce une sorte de punition ? Que diable ai-je jamais commis à votre encontre ?

— Voyons, enseigne, répliqua Cecil d’une voix égale, c’est une affectation on ne peut plus normale. Vous attendiez-vous à quelque chose d’extraordinaire ? Mon travail consiste à affecter aux postes libres les candidats disponibles. Chaque poste à pourvoir doit être rempli par quelqu’un.

— N’importe quel diplômé d’une école technique aurait pu faire l’affaire. (Miles se força à réprimer la colère qui aurait pu percer dans son ton et à décrisper ses doigts.) Mieux, même. Ces fonctions ne réclament pas un élève officier.

— C’est exact.

— Alors, pourquoi ? s’exclama Miles.

J’espère que cet extrait vous aura plu. ♥

Un commentaire sur « Rendez-vous fragment de livre #39 »

Laisser un commentaire