Résultat de recherche d'images pour

Synopsis :

Dans la Chine des années 60, sur fond de Révolution culturelle, la jeune et belle paysanne Yang Fenfang est confrontée à un choix qui déterminera à jamais son existence.

Tiraillée entre son amour pour He Wuji, catalogué comme mauvais parti, et la promesse d’une vie meilleure auprès d’un militaire prêt à tout pour l’épouser, le destin ne l’épargnera pas.

Dans une langue sobre, Zhang Yihe nous offre une oeuvre profondément romanesque, en même temps qu’une véritable réflexion sur la condition féminine.

Extrait pour vous donner un avant goût :

A leur arrivée devant chez elle, He Wuji prit la parole :

– Je t’attends depuis tôt ce matin et j’étais prêt à t’attendre toute la journée. Si tu n’étais pas revenue, je t’aurais attendue demain, je tenais à s’accueillir.

– Grand nigaud, lança-t-elle sur un ton de reproche.

– Depuis l’autre soir, je suis un grand nigaud. Quand tu es partie à la ville, je ne pensais qu’à une chose : est-ce que je la reverrai ? En fait, je peux te voir quand je veux, les yeux ouverts je vois ton visage, les yeux fermés ton corps.

– Moi aussi…

Peut-être pour masquer sa peine, He Wuji se baissa et cueillit quelques fleurs bleues. Il les présenta devant les yeux de Yang Fenfang.

– Cela fait longtemps que je les observe, ces fleurs ne s’ouvrent jamais en même temps que les autres. Elles le font toujours à part. Et elles ne peuvent pas être transplantées non plus. Ces fleurs, elles sont comme moi.

Mon avis :

Ce livre est une vraie pépite. Je suis bien contente de l’avoir emprunté. Je vous avoue que si les bibliothécaires ne l’avaient pas mis en avant, je ne m’y serais sans doute pas intéressé.

Il est beau, tragique et poétique. Il est question d’un amour empêché par les événements dont un mariage forcé. Rien que ca!! Ce n’est pas une mince affaire. L’amour est-il plus fort que tout ? Plus fort que les lois ? La pression des classes ? Ce roman aborde ces points et bien plus encore. Il est magique et semble irréel. Et en même temps ça sent le vécu.

Ce roman montre la condition féminine dans la Chine des années soixante avec franchise et sans essayer de nous tirer des larmes.

Il aborde aussi le sujet de la prison pour les femmes. Leur condition de détention sont flou et absurde ainsi que la justice chinoise. Si on peut parler de justice, en tout cas ce livre est très instructif. Yang Fenfang est une victime de la politique chinoise. C’est révoltant, on a envie qu’elle s’en sorte. J’ai eu envie que les vrais coupables payent et de les injurier (oui, oui il m’arrive de jurer).

L’auteur a une plume simple, vive et fluide. Elle m’a happée dès les premières pages. Elle m’a rendue complètement addict à son histoire. C’est un vrai plaisir. J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre.
En résumé : C’est un coup de cœur, un livre poétique, tragique et instructif.

3192a-logo2bcoup2bde2bcoeur

2 commentaires sur « Madame Yang de Zhang Yihe »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s