Le retour de Marianne Roberts au prestigieux collège Anna Caritas semble avoir enclenché une série d’événements bizarres dans la petite ville de Saint-Hector. William Walker n’a jamais cru à ce genre de phénomènes. Pourtant, lorsque lui et ses amis décident d’interroger l’au-delà, ils réveillent quelque chose d’étrange dans la maison de Sabrina Viau, et bientôt, cette force surnaturelle semble s’attaque à eux sans répit. Forcé d’admettre son impuissance face à l’ennemi invisible, William, accompagné de ses fidèles complices Anthony et Gabrielle, n’aura pas d’autre choix que de se tourner vers celle qu’il essayait d’éviter à tout prix : Marianne.

Extrait en guise d’apéro :


— Qu’est-ce que ça signifie ?
— L’étoile est un des symboles les plus puissants qui soient. Une étoile à douze pointes, comme celle-ci, représente la Totalité. L’univers. Le nombre douze a des propriétés célestes depuis le début des temps… Les douze signes du zodiaque, les douze cycles lunaires, les douze travaux, les douze portes de l’Esprit, le douzième arcane du Tarot… Douze rayons puissants qui, une fois réunis, forment un noyau. Un passage pour filtrer tes rêves. Un capteur.

Et un audio en bonus :

J’espère que cet extrait vous plaira…

Mon avis :

Mon synopsis personnel !

William Walker est élève à Anna Caritas. Son meilleur ami, Anthony l’invite à le rejoindre à une fête chez Sabrina. William bon gré malgré va se rendre à cette fête tout en disant qu’ils allaient le regretter. William, tu m’as caché ton petit côté Madame Irma! Durant cette fête, ils vont sortir une planche aux esprits : OUIJA. Des choses étranges vont se produire comme de la vaisselle qui volent, des lumières qui s’éteignent.. Qu’est-ce qui causent tout ça ? Les choses peuvent-elles encore empirer ? Une présence a fait son apparition. Elle a déjà tué… Qui sera le suivant ? Ou est-ce un coût monté par Sabrina?

Une excellente lecture !

C’est une lecture loin de mes genres de prédilections et une bonne initiation au genre horrifique. J’ai été agréablement surprise. Elle se rapproche du coup de cœur, même s’il m’a manqué un petit quelque chose. J’ai été happée dès les premières pages, elles ont défilé. Prise par l’histoire, j’ai même repoussé l’heure du coucher. Mon petit cœur s’est serré d’angoisse. L’action et les rebondissements sont également du voyage, pas le temps de s’ennuyer.
William est en plus de ça très attachant, il est touchant, sensible et gentil. J’ai tout de suite accroché. Les autres personnages sont un peu pâle en comparaison sans que ce soit gênant.

Le possible point manquant !

Les descriptions sont peut-être un peu trop courte, elles auraient gagnées à être étoffées. Seulement, cela peut s’expliquer par le public visé entre 12 et 16 ans. La mise en page est agréable et assez caractéristique du public visé. L’écriture est une police en gros caractère, les paragraphes sont courts, les marges plutôt larges et les interlignes plutôt espacés. C’est une mise en page caractéristique et très appréciable (notamment pour les dyslexiques comme moi). Je pense d’ailleurs que si je l’avais lu à cet âge là, ce livre aurait été un coup de cœur.
De plus, il m’a manqué des éléments explicatifs sur la fin. Elle était un peu rapide.

Si vous avez aimé…

Ce livre m’a un peu fait pensé à Supernatural dans la manière d’enquêter et peut-être un peu de l’Exorciste.

La plume de l’auteur !

Elle est efficace. Les phrases courtes ont contribué à souligner le rythme angoissant, à me rendre addicte… La plume de l’auteur est rythmée sans qu’elle soit abrupte bien que certaines phrases soient composées d’un groupe nominal seulement.

Patrick Isabelle emploie aussi des éléments visuels comme des bulles pour les SMS, des coupures de papier de journal… Ce sont des détails que j’ai vraiment beaucoup aimé.

En résumé : C’est une excellente lecture angoissante et prenante avec des personnages attachants, mystérieux et parfois même un peu terrifiant… J’ai hâte de lire la suite.

Notation 18/20

Il est possible de l’acheter ici.

4 commentaires sur « Anna Caritas T1 : Le sacrilège de PATRICK ISABELLE »

Laisser un commentaire