« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. » Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature. Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

Extrait en guise de mise en bouche :


— Surveille ton langage. Les Ors ne s’abaissent pas à ce genre de vocabulaire. Tu dois dire « fichu » au lieu de « foutu ». De la même façon, tu dois utiliser une « traînée » plutôt qu’une « salope », et ainsi de suite. D’ailleurs, à chaque fois que tu diras « foutu », je te collerai une gifle. Et si tu oses dire « bordel » ou « bon sang de merde », je te frapperai dans les parties. Et je vise bien. Quant à ton accent… Darrow, tu pourrais t’inonder des meilleurs parfums du monde, tu auras toujours une odeur d’égout tant que tu parleras comme ça. (Les sourcils froncés, il pose les mains sur ses hanches étroites.) Il va falloir que je t’apprenne les bonnes manières. Et que j’essaie de te cultiver, mon bonsieur.

— Je suis cultivé.

— Le créateur ait pitié de moi ! On dirait que tu mâches des excréments.

Il m’enfonce son index dans les côtes. Je gronde.

— Fais gaffe à tes propres manières, enfoiré.

Il s’empare d’un de mes gants, qui traînent sur mes genoux, et me gifle avec.

Mon avis :

Une excellente lecture, un presque coup de cœur!

Ce livre est tout simplement surprenant: par son écriture, par l’histoire, par ses personnages. Tout ça est simplement original.

Une histoire addictive !

Darrow est un Rouge soit un mineur qui passe son temps dans les mines de Mars. Sa seule préoccupation est d’avoir assez à manger pour sa femme Eo, d’être le meilleur et gagner le laurier “la récompense ultime”. Mais un événement va tout changer !!! Sa vie va en être bouleversé et un nouveau Darrow est né. Il est combatif et je me suis attaché à lui en deux secondes.

En quelques pages le décors est posé, impossible de lâcher le livre. Plusieurs fois, je me suis dit : “plus qu’un chapitre, il faut que je dors” et puis un chapitre plus tard : “aller encore un petit”.

Une écriture pas commune !

L’auteur emploie un style courant voir familier qui au début m’a un petit peu désarçonnée. Il est parfait pour l’histoire. Sa plume est agréable et fluide, les phrases sont variables pas trop longue non plus. Cette variabilité des phrases surligne bien l’action et donne une impression de mouvement et de rapidité. Les chapitres sont de longueur variable en moyenne dans la dizaine de page.

La seule chose me retient de lui mettre 20/20. C’est que je l’ai trouvé la fin un peu longue.

Le final est plein de surprise et elle m’a laissée sur le cul. Pardonnez moi l’expression. J’ai trop hâte de lire la suite. Et ça tombe bien, elle est à la bibliothèque.

Des personnages attachants !

Les personnages sont tellement surprenant. Si parfois, ils sont sombres parfois même bestial du aux mœurs et aux événements. Je les ai adoré surtout Roque le poète, le plus humain de tous. J’ai un petit faible pour ce personnage. Sevro, l’enfant sauvage, loyal mais empreint de liberté. Mustang est légèrement prétentieuse mais non sans raison, elle est intelligente et malicieuse. Darrow est un garçon terre à terre, intègre quand ça lui chante, sensible et un maître de l’ironie. Il est très complexe et attachiant (côté terre à terre voire buté).

Pour certains personnages, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Hunger Games sans pour autant que cela fasse plagia. Il y a une légère ressemblance aux niveaux des personnages secondaires.

Bref vous l’aurez compris. J’ai eu pas mal d’atomes crochus avec eux… Et les “méchants” ont vraiment de la gueule comme on dit.

En résumé : Un début de saga prometteur, addictif, très rythmé tout cela accompagné d’une plume assez déroutante mais tellement adapté.

Notation : 18/20


Pendant ma lecture, j’ai eu l’occasion d’échanger avec une amie de ma promo (vous pouvez la retrouvez ICI sur booknode). Je lui avais demandé si elle était d’accord pour partager avec vous, un court avis sur sa lecture. Voilà son avis :


« Personnellement, je n’ai jamais voulu faire de toi un homme. Les hommes sont tellement fragiles. Les hommes se brisent. Les hommes meurent. Non, j’ai toujours voulu faire un Dieu. »  

J’ai lu Red rising en 2016 et j’en garde un excellent souvenir. Je me rappelle l’avoir lu en 1 ou 2 jours. Les pages défilaient à une vitesse folle.
Red rising est une histoire pleine d’adrénaline, de politique et de violence. C’est une quête pour la liberté et contre l’injustice. 
Ce monde est brillamment ficelé et l’intrigue contient des rebondissements à tout les coins. 
Je conseille pleinement 
Ps: la suite est tout aussi géniale  🙂 
 

Le format kindle est en promo en ce moment à moins de 2 euros.

5 commentaires sur « Red Rising Tome 1 de PIERCE BROWN »

Laisser un commentaire