Coucou tout le monde,

Voici les services presses que j’ai eu par le biais de Netgalley.

Un hymne à la joie à consommer sans modération… même quand on a perdu ses dents !

Qui a dit que vieux rimait avec gâteux ? À 85 ans, Hendrik Groen, pensionnaire d’une maison de retraite à Amsterdam, n’a rien perdu de sa fantaisie. Lui et ses camarades du club des VIeux MAis Pas Encore Morts tentent par tous les moyens de pimenter les années qui leur restent… Avec succès, la plupart du temps ! Au programme : soirées de cartes échevelées, virées au Salon de la maternité pour lire la sidération sur le visage des jeunes mamans, excursions au Salon de la décoration visant à obtenir le maximum d’articles gratuits en un minimum de temps, et autres courses en déambulateur dans le parc de l’établissement. Et tant pis si l’acariâtre directrice essaie de leur mettre des bâtons dans les roues ! Nos retraités ne sont pas près de se laisser faire… Best-seller aux Pays-Bas, véritable phénomène éditorial, ce journal intime pose un regard désopilant, pertinent et toujours émouvant sur la réalité du troisième âge et nous offre, chemin faisant, des réflexions bien plus modernes que l’on ne pourrait le croire sur le monde d’aujourd’hui.

Ailsa, jeune femme du clan Cameron, passionnée, rebelle, (et pourtant fidèle à l’honneur des siens), se retrouve malgré elle porteuse d’une prophétie qui va bouleverser son existence. Duncan MacLean, futur héritier du clan MacLean, a toujours été rejeté par un père rongé par la jalousie, car convaincu que son fils était le fruit d’un adultère. La mort du patriarche délivrera le jeune laird de ses démons et lui ouvrira les portes d’une rédemption dont il se croyait proscrit. Deux êtres que tout oppose, un guerrier sombre et une jeune femme solaire, se retrouvent à jamais liés par le destin, lorsque leurs chemins se croisent par hasard, un jour d’automne sur les bords du Loch Linnhe.

Londres, 1678 Isabel, Lady Wilde, l’une des maîtresses du Roi Charles II, possède un secret : elle gagne sa vie en se déguisant, prenant le rôle de Maîtresse Ruby, une diseuse de bonne aventure qui pourvoit aux besoins de l’élite de Londres. C’est une vie dangereuse parmi les charlatans, les voyous et les escrocs qui se cachent dans les recoins sombres de la ville, mais pour Isabel, le jeu en vaut la chandelle. Jusqu’à ce que le magistrat Sir Edmund Godfrey cherche conseil auprès de Maîtresse Ruby et révèle son implication involontaire dans un complot visant à assassiner le roi. Quand on vole le journal d’Isabel contenant des détails dangereux de ses aveux, elle sait qu’elle doit le retrouver avant que quelqu’un ne fasse le lien entre Maîtresse Ruby et elle. Surtout après la découverte du cadavre de Sir Edmund, quelques jours plus tard… Isabel est sûre que celui qui lui a volé son journal est le meurtrier de Sir Edmund – et qu’il pourrait faire partie d’une conspiration qui remonte jusqu’au trône. Mais à mesure qu’elle plonge dans ce mystère, même le roi en personne ne sera peut-être plus capable de la sauver.

« Mon vrai nom, personne ne s’en souvient. La vérité à propos de cet été-là, personne ne la connaît »

À l’été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s’installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l’histoire de l’art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d’Edward Radcliffe est brisée. Plus d’un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l’ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d’une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d’une demeure au bord de l’eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L’inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l’entraînant sur les traces d’une passion d’un autre siècle, son enquête l’aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu’elle désire ?

À la question « Où êtes-vous née ? », Patricia Loison répondait toujours : « Je suis arrivée à l’aéroport d’Orly, en 1971. » Comme si tout ce qui précédait son adoption n’avait jamais existé. Il a fallu qu’un événement violent, intime, vienne ébranler sa vie pour réaliser que tout cela n’était que légende. Avant d’arriver, Patricia Loison était née de mère inconnue, à New Delhi. Et de cette première séparation, dormait la douleur trop longtemps niée d’avoir été abandonnée. Plus de quarante ans après les faits, Patricia Loison part donc, en fille autant qu’en journaliste,
à la recherche de cette mère biologique, grande absente du récit familial. Où est-elle ? Pourquoi les Missionnaires de la Charité n’ont-elles pas gardé sa trace ? Comment retrouver ces femmes oubliées dont on accueillait les nouveau-nés sans poser suffisamment de questions ? Et surtout, quel est son nom ?
Un premier livre émouvant, autant récit des origines qu’enquête sur le double visage de l’adoption. Patricia Loison est journaliste. Elle vit au Japon, avec son mari et leurs deux filles.

Villanelle, tueuse au sang-froid exceptionnel, se voit attribuer une nouvelle cible, un leader fanatique russe.

Mais tapie dans l’ombre, l’agent du MI5 Eve Polastri veille. Redoutablement intelligente, l’espionne est prête à poursuivre son envoûtante adversaire, où que cette traque la mène…

Je remercie Netgalley et les éditions HLAB, les éditions Presse de la cité, Fayard et MxM Bookmark.

Et vous avez-vous reçu des services presses ?

Bonne lecture à vous ! ♥

Un commentaire sur « Les services presses qui rejoignent ma PAL#8 »

Laisser un commentaire