Un extrait pour vous donner un avant-goût :

Elle guida la poussette vers le coin où son amie s’était installée. Celle-ci savourait un cappuccino, un large sourire aux lèvres.
— La tête que tu as faite ! dit Aminah lorsque Cleo se fut assise. Voilà ce qui arrive quand on a des préjugés !
— Je sais, j’ai honte. Mon premier réflexe a été de l’empêcher de s’approcher de Lulu. C’est horrible.
Cleo s’inclina en faisant la moue.
— Cela dit, je ne comprends pas comment il peut se moucher. En tout cas, ça me fait plaisir de te voir. Pas d’Anik aujourd’hui ?
— Je l’ai confié à sa grand-mère. Elle va tâcher de lui apprendre les bonnes manières, vu que je suis apparemment beaucoup trop laxiste avec mes enfants. Ce n’est pas censé être le contraire, les grands-parents qui lâchent la bride ? Et toi alors, pourquoi est-ce que tu as Lulu ? Même si je suis toujours ravie de la voir.

Pardon pour le petit oubli !

Mon avis :

Une bonne lecture !

J’ai aimé et avalé/dévoré ce livre. Il est prenant à souhait, addictif et original dans sa construction. Elle n’est pas sans rappelée deux séries que j’aime beaucoup : Columbo et New York, police judiciaire. Columbo car le coupable est connu même si le doute plane par contre le mobile et New York Police judiciaire parce qu’on a l’enquête et le procès. J’ai beaucoup aimé l’idée.

Un thriller atypique !

L’histoire commence par le meurtre d’un homme et d’une femme découvert par une policière, Stephanie King. Elle a vu un mouvement, l’un d’eux serait-il vivant ? Et l’auteure nous laisse sur notre fin à l’aide d’un flashback, quel effet papillon nous a mené à un tel résultat ? La.e lectrice.eur fait alors la connaissance d’un jeune couple Mark et Evie North. Un couple qui semble parfait, mais Evie est victime de drôle d’incident : des brûlures, des bleus… Où cela va-t-il nous mener ?

Un thriller prenant et au bon moment !

Bizarrement, je dis toujours que si les personnages ne sont pas attachants, j’ai du mal avec le livre en entier. Eh bien ! c’est l’exception qui confirme la règle. Ces personnages ne sont pas attachants, ils sont plein de défaut : égoïsme, dissimulateur, sournois,… Ils sont aussi humains. Aminah est peut-être le seul personnage qui m’a plu car elle ne juge pas, ne ment pas, mais elle fait preuve hypocrisie. J’ai l’impression que plus qu’un thriller, ce livre parle de la création d’un monstre qui perd toute humanité dans la poursuite de sa vengeance. Les enquêteurs sont ceux qui sont plus humains en confrontation, mais aussi plus mou et plus pâle. Ces éléments m’auraient gêné si je l’avais lu à un autre moment, je pense. Mais l’originalité du scénario rattrape le tout, cet aire de Colombo et de New York police judiciaire m’a vraiment plu (je me répète, mais c’est un point qui est important).

Seul petit bémol, malgré le doute sur les motivations du coupable, j’avais deviné avant les révélations de l’auteure. Je dois dire que le cheminement est assez bien construit et logique.

Une plume d’auteure !

Rachel Abbott a une plume prenante, en deux pages, j’étais déjà dedans. C’est rare! Elle est fluide. De plus, j’ai beaucoup aimé le découpage des chapitres, ils sont court, il rythme l’histoire. C’est plaisant.

Une fin (pas de spoil promis) !

Elle est surprenante.

En résumé : c’est une bonne lecture, avec un scénario original et une plume rythmé et agréable.

Notation : 16/20

Un commentaire sur « Ce qui ne tue pas de RACHEL ABBOTT »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s