A la Bibliothèque nationale, un chercheur découvre la trace d’un inconnu, Gaspard Languenhaert, homme du XVIIIe siècle, qui soutint la philosophie ” égoïste “. Selon lui, le monde extérieur n’a aucune réalité et la vie n’est qu’un songe. Intrigué, le chercheur part à la découverte d’éventuels documents. Mystérieusement, toutes les pistes tournent court. Conspiration ? Malédiction ? La logique devient folle, cette enquête l’emmène au fond de lui-même, emportant le lecteur avec lui dans des vertiges hallucinants.

En guise d’avant goût :

Ce qui est, c’est ce que je vois, je touche ou j’entends, ou ce que je me souviens d’avoir vu, touché, entendu, mais rien d’autre. Ce que nous appelons le monde est la somme de nos sensations. Nous ne connaissons pas le monde en lui-même, nous avons chacun un monde senti.

Mon avis :

Une bonne lecture et une philosophie intrigante !

J’ai bien aimé ce livre, ces idées… Il est court et se lit vite.
Si on ne pensait qu’à nous, si les autres n’étaient que le fruit de nos pensées et si la vie est un rêve dont on ne se réveille qu’à la mort… Le monde parait un peu triste vu ainsi mais il est séduisant. 
L’auteur explique cette philosophie à travers des écrits sur un personnage de légende : Gaspard Languenhaert. Le narrateur est fasciné par cette nouvelle philosophie égoïste. Il transmet cette fascination à sa.on lectrice.eur. Il est seul et cette philosophie lui donne la sensation d’appartenir non pas à un groupe mais à une idée qui fait presque office de groupe. C’est une idée intéressante !
J’ai beaucoup aimé et ça m’a fait un peu peur aussi 😉 car avec cette philosophie on peut vite se prendre pour Dieu.

En résumé : une bonne lecture, un retournement de cerveau et une philosophie INTRIGANTE.

Notation : 13/20

Publicités

Un commentaire sur « La secte des égoïstes de ERIC-EMMANUEL SCHMITT »

Laisser un commentaire