Coucou tout le monde,

La lecture de La clé du cœur de Kathryn Hughes où plutôt l’interview de l’auteure à la fin de ce livre m’avait donnée envie de faire ma propre interview. Le métier d’auteur m’a toujours fascinée et je voulais en savoir plus sur leur travail d’écriture, leur muse, leur inspiration… Enfin tout!

Il y a un mois à peu près, je lisais le livre : La contemplation des lignes de Isabel Komorebi et j’ai commencé à noter des questions autour du livre et sur le livre. Et je me suis dit : “Allez! Vas-y ! Lance-toi ! Envoie lui tes questions ! Qui tente rien n’a rien comme on dit!”. Je lui ai envoyé mes questions via Booknode.

L’auteure très gentille a été emballée par mes questions et m’a répondu assez vite. Je pense que cette interview est également une occasion de vous la présenter ainsi que son livre.

1 : Qu’est-ce qui vous inspiré ce roman ?

J’ai écrit le premier jet de La contemplation des lignes en juin 2018. 

C’était un mois où il pleuvait tous les jours. Je regardais toutes ces lignes de pluie par ma fenêtre, et j’ai alors imaginé ce garçon, apeuré par les orages, et cette fille, qui erre sur les routes depuis des années. Avec en commun la pluie, l’eau et les lignes du ciel comme thème de rencontre.

Ajoute à cela que j’écoutais Max Richter en boucle en l’écrivant. Et que sa musique, douce, puissante, et fortement mélancolique a imprégné toute mon histoire.

L’auteure m’a intriguée. J’ai écouté quelques musiques de Max Richter. J’ai choisi celle-ci car elle reflète très bien le début du livre.

Ajoute aussi que j’ai toujours voulu visiter le Colorado, plus le fait que je rêve d’avoir un corgi, et tout cela donne mon livre final ! L’inspiration vient de partout 🙂

2 : Le début de votre roman est marqué par deux êtres souffrant la solitude avec même une impression de vide (ou manque)… Ce sentiment de vide, de quête plénitude est-il un fait exprès ? Une métaphore de la recherche de l’âme sœur comme la quête de vie ? Peut-être du bonheur ?

Le couple a toujours été le but de ma vie. Déjà toute petite, la recherche de l’Amour, de l’Autre, faisait partie de moi. Cela faisait bien rire mes parents ! Je ne voulais pas juste avoir un amoureux, être avec quelqu’un pour faire comme les autres, non, moi je voulais trouver la moitié de mon cœur qui me manquait.

Alors, j’ai fait comme Ethan, j’ai attendu que le destin me l’amène, ou qu’il me trouve, ça dépend comment on voit les choses.

Pour moi, le couple forme un tout, en ensemble, un roc.

C’est effectivement, pour moi, ma quête du bonheur, le partage d’une vie à deux. Voilà pourquoi je considère mes histoires comme des hymnes au couple, et pas seulement de simples romances.

3 : Les frères d’Ethan sont tous attachants à leur manière, comptez-vous écrire sur leurs histoires. Ou même seulement faire une nouvelle sur eux ? (question intéressée)

Eh bien, avant que tu ne me poses cette question, je t’aurais répondu : Bah non, voyons, pourquoi parler de ces trois frères ? 

Sauf que maintenant, voilà, ça me turlupine, d’écrire sur ces trois-là !

Par lequel commencerai-je ?

Javier, sûrement. Sauf qu’il faut que je prenne le temps de digérer son histoire, car son caractère est très proche de celui d’Ethan. C’est un bourru autoritaire, solitaire, un acharné de travail. Mais également un hypersensible, un émotif, un taciturne.

Jake est celui qui m’échappe le plus. C’est le plus calme, le plus doux, celui qui, s’il existait « en vrai » me conviendrait le plus en tant qu’homme. Mais c’est également un garçon qui cache une grande nervosité due son travail. Sa femme Marissa est son pilier, son port d’attache, son double. C’est le premier des trois frères à avoir trouvé sa moitié d’âme, et il s’estime très chanceux pour cela.

Chase est le plus attendrissant. J’aime beaucoup ce garçon trublion, joyeux, papa célibataire de la petite Ava, cette fillette au caractère déjà bien affirmé ! C’est un créatif sociable, un rêveur discret et diplomate. Mais également un angoissé, qui s’inquiète constamment du bien-être de sa fille.

J’ignore si j’aurais assez de matière pour en faire des livres complets. Mais, qui sait, peut-être une nouvelle, qui viendrait en complément à La contemplation des lignes.

A réfléchir !

4 : Les lignes sont omniprésentes dans votre récit, on pourrait presque dire que c’est un personnage à part entière… Elles ont une importance dans votre récit, est-ce inspiré de votre vie ? (elle est peut-être un peu trop intrusive)

« Un personnage à part entière », voilà une très bonne remarque. Oui, peut-être que les lignes sont une entité à part en entière. C’est une présence, pesante, entêtante, qui tourne autour des deux personnages, qui est à l’origine de leur rencontre, de leurs douleurs, de leur retrouvaille, de leur amour.

Sans ces lignes, ils ne sont rien.

Mais pour moi, elles représentent plus le chemin à parcourir, le but que doivent atteindre Ethan et Lily, pour pouvoir se retrouver, et enfin vivre leur amour.

Inspiré de ma vie ? Non, absolument pas. Je crois par contre beaucoup aux signes. Appelle ça le destin, l’univers, notre but à tous, la vie tout simplement… Je suis partagée entre deux idées contradictoires : celle où je suis persuadée que nos choix influencent notre vie et où nous avons une emprise dessus, et celle je me demande si, en fait, tout ne serait pas déjà écrit d’avance…

D’où la dimension métaphysique de mon histoire qui, je l’espère, apporte une touche de rêve, de magie, à la rencontre de ces deux êtres.

Et voilà l’interview est terminé, j’espère qu’elle vous aura plu et donné envie de découvrir l’univers de l’auteure.

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour me dire ce que vous en pensez! 🙂

Laisser un commentaire