À l’été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s’installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l’histoire de l’art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d’Edward Radcliffe est brisée. Plus d’un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l’ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d’une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d’une demeure au bord de l’eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L’inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l’entraînant sur les traces d’une passion d’un autre siècle, son enquête l’aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu’elle désire ?

En guise d’avant-goût :

Le temps ne passe pas de la même façon lorsque je suis seule dans la maison. Je ne sais pas comment mesurer l’écoulement des années. Je suis consciente du fait que le soleil continue à se lever, à se coucher, que la lune décrit ses arcs : mais je ne sens plus leur passage. Le passé, le présent, le futur : rien de cela n’a plus de sens. Je ne suis plus intégrée au temps. Ici, là, ailleurs encore, en même temps.

Mon avis :

Une excellente lecture !

Cela faisait longtemps que je voulais lire un livre de Kate Morton, en fait, à peu près deux ans ! Et comme vous le voyez, c’est chose faite. J’ai adoré. Elle nous transporte dans son univers avec facilité et rend son livre extrêmement prenant. Cette lecture a trouvé un écho en moi : les réflexions sur le temps qui passe, les apparences, l’amour, les personnages … J’avais besoin d’une lecture comme celle-ci. Elle m’a habitée, hantée… Impossible de ne pas commenter (protester) ma lecture à voix haute quitte à en faire profiter tout le monde autour de moi !

Un écho !

Surtout avec Lucy, elle est intelligente, une soif de savoir dévorante et une envie d’apprendre sans limite… Elle a également des exigences importantes quant à sa vie, peut-être trop ! Je me suis reconnue dans ce personnage et je m’y suis attachée.

Ce roman fait intervenir tout un tas de personnages, certains plus marquants que d’autres :

  • Lily Millington, la version féminine de Oliver Twist en un peu moins dramatique, elle est pleine de vie et d’espoir. Un personnage féminin fort est intelligente.
  • Jack, père absent, ex policier à la recherche d’une rédemption à Birchwood Manor.
  • Léonard, étudiant en art (petit doute) qui écrit sa thèse sur Radcliffe.
  • Lucy, sœur de Radcliffe est amoureuse transit de Birchwood Manor.
  • Juliet ♥ et ses enfants qui essayent tant bien que mal de se refaire une vie à Birchwood Manor après avoir vécu les horreurs de la guerre à Londres.
  • Ada, la sauvageonne, amoureuse de contes et histoires racontés au coin du feu.

Une superbe histoire !

Elodie Winslow, une jeune archiviste découvre une sacoche ayant vraisemblablement appartenue à James Stratton avec un carnet de dessins de Radcliffe. Seulement à sa connaissance, il n’y a aucun lien entre ces deux éminents personnages. Un des dessins représente une maison. Elodie croit la reconnaître. La curiosité l’emporte et l’aventure commence.

Ces dessins font référence à Birdie, mais qui est-elle ? Elodie se lance dans une enquête. Elle se noie dedans en oubliant son mariage arrivant à grand pas. Edward Radcliffe est un artiste peintre, ouvert, légèrement capricieux et homme d’exception, quels événements l’ont conduit au suicide ? Qu’est devenu le Radcliffe Blue, cette superbe pierre inestimable ? Pourquoi Elodie Winslow se sent si concernée par toute cette histoire ?

Que de mystère, avec des rebondissements quand il faut! 😉

Personnification du temps et de l’espace !

Ce choix de l’auteure est un coup de maître car elle donne la parole au temps et à l’espace. Le temps se révèle être un élément clé du livre (citation si dessus). Les références s’accumulent et s’enchaînent sans lourdeur. Le titre a une réelle signification (comme vous le savez, je suis très sensible à ce détail)!

Birchwood Manor est plus qu’une maison, elle a un vécu, elle a gardé une trace des chaque passages entre ses murs. Si l’auteure l’a fait parlée à travers le personnage de Lily Millington, elle la rend également plus vivante. C’est un procédé original et fantastique. S’il apporte un plus au roman, ce côté fantastique m’a légèrement perturbé au début.

En résumé : une excellente lecture ! Elle m’a happée, attirée dans ces filets… J’y suis restée bien volontiers. C’est mon premier Kate Morton, et ce sera pas le dernier.

Notation : 19/20

Alors tenté(e) ou pas ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à partager vos impressions de lecture (sans spoils SVP) ! ♥

Publicités

Laisser un commentaire