Irlande, début du XXe siècle. À huit ans, Rosie croise le chemin de Victoria, la jeune héritière du domaine d’Ennismore. Celle-ci s’ennuie et voit en la fille d’un métayer, l’amie dont elle rêve tant. Au grand dam de sa mère, elle arrive à convaincre son père de partager ses heures de leçon avec Rosie. Au fil des années, leur amitié grandit. Mais à 17 ans, Victoria quitte Ennismore pour Dublin afin de faire son entrée dans le monde, laissant Rosie déchirée entre les aspirations de ces années d’éducation aristocrate et sa modeste position. Elle est bientôt contrainte d’accepter un poste de domestique au domaine. Servir une famille qu’elle a côtoyée pendant dix ans est d’autant plus douloureux que Rosie est amoureuse depuis toujours du frère de Victoria, Valentin.

En guise d’avant goût :

— Comment supportes-tu l’odeur du fumier ? demanda-t-elle à Brendan, qui fumait, assis sur un tonneau retourné. 
— Ça sent meilleur que l’aristocratie. 
— Donne-moi une 
— Bon sang, Immelda, tu ne peux pas t’en acheter ? Toi aussi, tu as un salaire. 
— Donne-m’en une, répéta-t-elle sèchement.

Mon avis :

Un coup de cœur !

J’ai été happée dès les premières pages, il m’a transporté en Irlande au début des années 1900. L’Irlande est alors remuée par les indépendantistes et les nationalistes qui soulèvent le pays. Ils en ont marre des aristocrates anglais qui prennent tout pour eux et laissent les natifs sans terre, sans le sous et sans aucune honte. Ce livre est pour moi un mixte entre l’évasion et l’enrichissement personnel.

Ce livre m’a bouleversé et ému. J’étais à fond avec les personnages. Je voulais connaître leurs destins, leurs amours, leurs aventures… de tout connaître. J’ai partagé leurs espoirs et leurs envies.

Rosie et Victoria, Paysanne et Aristocrate, une amitié inhabituelle !

J’ai adoré cette amitié belle et tortueuse, avec des hauts et des bas. L’amitié est quelque chose qui dure, malgré tout. Elles se soutiennent, échangent des mots durent, s’éloignent, se rapprochent… C’est tumultueux et tellement fascinant !

Rosie est fille de métayer, elle repêche le bateau de Victoria. Cette décision changera sa vie à jamais. Victoria veut une amie et une camarade et Rosie est parfaite pour ce rôle. Rosie n’aura pas le choix. Elle aura une éducation au dessus de ces conditions et plus de vraie place dans la société.

Victoria a été élevée avec Rosie, elle ne voit pas de différences entre elles et traite Rosie comme son égale. Cette différence de classe la gêne. Elle désirerait avoir une vie comme Rosie avec moins de contrainte et une vie plus facile. Elle idéalise la vie de Rosie et inversement. Seulement, elles rêvent toutes deux de libertés et d’indépendances. Leur quête commence dès leur plus tendre enfance. Cette convoitise est-elle un obstacle à leur amitié ou au contraire un lien indéfectible?

Elles sont touchantes, attachantes et parfois un peu tête à claque. J’ai adoré ces deux personnages. Les personnages secondaires sont tout aussi travaillés et profonds que les autres. Certains m’ont plus marqués que d’autres notamment parmi la domesticité d’Ennismore avec Imelda la femme de chambre au cœur de pierre et à la langue de vipère ou le Majordome et sa dévotion ou Brendan avec ses envies d’indépendance et sa langue bien pendu… Puis, il y a Valentin, le frère de Victoria avec son côté perdu très attendrissant voire un peu agaçant parfois. Il est simple, il voudrait une vie en dessous de sa condition, sans vraiment savoir ce que ça signifie.

Une plume superbe !

La plume de l’auteure m’a submergée et ravie. Elle est fluide, simple avec beaucoup de dialogue ainsi que des chapitres rythmant et créant l’addiction à l’histoire.

J’avais l’impression d’être avec ces personnages, de lutter pour l’indépendance de l’Irlande et la liberté de choisir sa voie quelques soit la classe sociale d’origine. J’ai eu droit à de l’émotion pure et simple, des humains avec leurs faiblesses, leurs défauts et leurs passion…

Un petit bonus historique !

J’ai été contente de connaître et de découvrir un pan de l’histoire d’Irlande notamment sa lutte pour l’indépendance mais aussi sa participation dans la première guerre mondiale.

En résumé: un coup de CŒUR! un livre ÉMOUVANT, prenant, riche en ÉMOTION… Je l’ai dévorée.

Notation : 20/20

Publicités

Laisser un commentaire