Je ne vous mets pas le résumé de l’éditeur car il en dévoile un peu trop l’intrigue du livre à mon goût.

En guise d’amuse bouche :

Tu te souviens comme elle était belle, notre maison à Angel ? Les grandes fenêtres, les murs blancs, les meubles de grand-mère, anciens, familiers, précieux. Et ton piano au milieu du salon ? La bibliothèque que mon père avait commencée, et que nous complétions ensemble. Elin qui m’interpellait depuis une autre pièce. Ses yeux de femme du Nord. Moi qui ne lui répondais pas, parce que je te regardais jouer, fasciné. Je disparaissais dans une autre dimension, où il ne restait que toi en train de jouer pour moi, qui t’admirais.

Mon avis :

Une bonne lecture !

C’est une bonne lecture malgré un début un peu confus. La lectrice ou le lecteur se perd entre le point de vue de Teresa et celui William. Heureusement, ce flou est court. L’auteur a une plume très particulière avec une pointe de mélancolie et de tristesse. J’ai rarement eu l’occasion de lire un livre avec un sentiment de mélancolie aussi bien transmis au lecteur.

Une histoire où passé et présent s’entremêlent !

Teresa se remet petit à petit d’un chagrin d’amour à Lisbonne. C’est à cette occasion, qu’elle rencontre William. C’est un biographe, un dénicheur de talent (notamment dans la peinture) qui n’a pas été épargné par la vie. Et comme deux blessés, ils se reconnaissent, pas besoin de mot pour en parler. Une amitié naît. Et sur ces entre faits, Teresa reçoit une proposition d’héritage de la part de sa tante. Sa tante vit au Cap Corse auprès de sa mère, la grand-mère de Teresa. Elle hésite. Je pars, je ne pars pas, je pars, je ne pars pas…

Égoïstement, elle pousse William à l’accompagner, lui aussi a des choses à régler avec la Corse. Elle ne se sent pas d’y aller toute seule, trop de souvenirs douloureux, trop de mélancolie au Cap Corse. Seulement tout ne se passe pas comme prévu, elle y va pour un héritage et c’est la mort qu’elle trouve sur son chemin.

Une ambiance particulière !

Ce roman allie l’ambiance d’une petite ville où tout le monde se connaît comme une grande famille et un conflit légèrement mafieux. Autant vous dire que la police n’a pas d’emprise sur cette petite ville.

Les paysages de cette Corse aride, brute et pourtant si belle. Cela m’a donné envie de voyager.

Les petits hic de l’histoire !

J’avais quelques appréhensions, car j’ai eu deux déceptions chez cette édition. Et ce fut une surprise positive. Ce livre est dramatique sans mélodrame et c’est plutôt plaisant. Seulement bien qu’il y ait des rebondissements et du suspense. J’avais deviné en grande partie le dénouement. C’est dommage ! Autre petit hic, si la première partie est plutôt lente, cette lenteur souligne le sentiment de mélancolie qui accompagne le lecteur. Malheureusement sur la deuxième partie, cette lenteur se transforme en longueur et cela dessert un peu l’histoire.

En résumé : C’est un livre prenant, mélancolique, original mais avec quelques longueurs à la fin.

Une bonne lecture d’été!

Notation : 15/20

N.B. : J’en profite pour remercier Netgalley.fr et les éditions Mazarine pour ce service presse. Et à tous les voyageurs qui passent par là, laissez une trace de votre passage cela fait toujours plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire