Cher.e.s voyageur.e.s,

Aujourd’hui je vous presente le premier paragraphe de Ueno park de Antoine Dole :

Station Ueno. À la sortie de la gare, on aperçoit dans les hauteurs quelques branches d’arbres qui griffent le gris du ciel. De minuscules touches roses viennent aussitôt panser ces plaies qui déchirent les nuages. Des pétales, comme des points de suture sur la grisaille. C’est ce que je suis venue chercher, aux premières heures du jour. D’ici, je peux entendre les battements de cœur de la ville, l’énergie qui l’anime et tout ce qui la rend vivante.

Lu ou pas? Tenté.e ou pas ? Intrigué.e ou pas ?

N’hésitez pas à laisser une trace de votre passage. Ce sera un plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire