Alors que Fabien Dûmur vient d’emménager avec sa femme dans leur nouvel appartement, celle-ci se fait assassiner. Aucun témoin, aucun suspect. Dévasté, il prend la plume pour faire son deuil. 
La réalité se mêle ainsi à la fiction, et Fabien se lance dans une enquête haletante qui le conduira au bord du gouffre. Quel est le rapport entre les horribles visions qui le torturent et le meurtre de son épouse ? Et si le manuscrit qu’il rédigeait était une pièce du puzzle ?

En guise d’avant-goût :

Fabien reprit une semaine de congés. Ça n’avait pas plu à son supérieur, mais il avait besoin de repos, et il les lui donna malgré tout. À l’évidence, il préférait se passer de lui plutôt que de voir sa mine de déterré tous les jours. Fabien ne pouvait pas le lui reprocher, il faisait effectivement peur à voir. Il ne savait plus depuis combien de temps il avait eu un sommeil complet, sans être réveillé par ses cauchemars. Et surtout, une envie ne cessait de grossir dans sa tête, presque comme une tumeur qui obligeait ses pensées à se focaliser sur un seul but : écrire !

Mon avis :

Une très bonne lecture !

C’est une très bonne lecture. Il mêle le thriller psychologique, l’angoisse et un peu de paranormal. Un excellent cocktail !

L’angoisse m’a étreinte. Fabien Dumur perd sa femme assassinée. A partir de ce moment là, le monde de Fabien est mis sans dessus dessous. La douleur le serre et l’étouffe. Il ne trouve qu’un moyen pour l’exorciser : écrire. S’il n’écrit pas, il est hanté, son esprit est en déroute.

En y regardant de plus près, son manuscrit est étroitement lié à la mort de sa femme. Peut-être, y a-t-il des indices dans ce même manuscrit ?

Une plume riche en émotion!

J’ai ressenti l’angoisse et l’incompréhension de Fabien comme si elles étaient miennes. La plume et le travail de rythme de l’auteur y sont pour beaucoup. Il maîtrise la ponctuation. Les phrases courtes et longues s’alternent et se relaient avec efficacité. Le récit de l’auteur est enrichi par un vocabulaire varié, un travail d’écriture et de relecture de l’auteur apportant cohérence et fluidité.

Un petit air de déjà lu !

Ce livre m’a fait penser un peu à Misery de Stephen King. Il avait représenté pour moi une métaphore de l’écrivain hanté par l’attente de ces lecteurs. J’ai retrouvé un peu de cette métaphore dans le livre de Anthony Lamacchia.

Un petit point bonus : le titre et la couverture sont en total adéquation avec le contenu du livre.

En résumé : Une très bonne lecture, Courte, angoissante et prenante.

Notation : 16/20

N.B. : J’en profite pour remercier l’auteur pour sa confiance et pour m’avoir permis de lire son livre.

Publicités

Un commentaire sur « L’inspiration des bestsellers de ANTHONY LAMACCHIA »

Laisser un commentaire