Sous un ciel sombre et menaçant, Villanelle parcourt les rues de Shanghai. Sa mission ? Éliminer le dirigeant d’une équipe de hackers chinois surentraînés, qui volent des informations vitales à l’Occident.
Elle devra être efficace, rapide et discrète, car Eve Polastri est toujours à ses trousses, plus déterminée que jamais à l’arrêter, quel qu’en soit le prix.

En guise d’avant-goût :

Les informations acquises aux fils des ans et les identités de chaque membre des Dragons Blancs ont été transmises dans les hautes sphères. Jusqu’à présent, aucune administration occidentale ou russe n’a risqué la confrontation avec Pékin en accusant frontalement l’Armée populaire de vol de données commandité par l’État ; les retombées diplomatiques seraient trop dévastatrices. Mais d’autres sont moins sensibles à ces préoccupations. Les prédations des Dragons Blancs ont coûté des milliards de dollars à leurs victimes au fil des ans, et un groupe d’individus, collectivement plus puissants que tout gouvernement, a décidé qu’il était temps d’agir.

Un court avis :

Une bonne lecture !

Ce troisième épisode est dans la lignée du second. Il y a une alternance de point de vue entre Eve et Villanelle qui rythme l’histoire. Eve est lancée, elle a flairé Villanelle et la chasse continue.

Un homme est tué à Shanghaï, Eve soupçonne Villanelle. Il serait responsable de détournement d’argent d’entreprises étrangères (américaine, anglaise…) et à la tête du groupe “le dragon blanc”. Un affrontement indirect ! Une poursuite jusque là silencieuse qui devient sanglante. Eve en réchappera-t-elle ?

Eve !

Dans le deuxième épisode, je vous disais mettre attachée à elle. Seulement dans celui-ci, je me suis éloignée d’elle. Elle fait preuve de plus d’assurance et d’aplomb en peu de temps. Cela m’a un peu déroutée. Je me suis donc un peu détachée d’elle pour m’intéresser aux autres personnages notamment Simon Mortimer. Il est plus effacé mais sa présence est rassurante. Il est ambigu, complexe… J’aime bien, je ne vous en dirais pas plus de peur de vous spolier.

Petites réflexions !

Ce livre m’a un peu fait penser à la trilogie de Jason Borne sauf que Villanelle n’est pas un agent secret qui obéit à des ordres douteux mais juste une tueuse sans émotion.

Une fin abrupte digne d’un cliffhanger de série. Si j’ai l’occasion de lire la suite ce sera avec plaisir, mais pas d’urgence. Je suis curieuse de voir l’adaptation en série.

En résumé : une suite addictive, une chasse un peu plus sanglante seulement elle perd un peu au niveau des personnages.

Notation : 14/20

Publicités

Laisser un commentaire