L’impératrice douairière d’Eta Ceta vient de mourir. Miles et son cousin Ivan se rendent donc à Cetaganda, capitale de l’empire ennemi, pour assister aux somptueuses funérailles.
Jolie paire que ces deux-là : la tête et les jambes ! Miles le nabot surdoué, Ivan l’athlète à cervelle de moineau, le séducteur de ces dames — à eux deux ils sont censés représenter Barrayar. Mission strictement diplomatique : pas question de se lancer dans ces aventures insensées dont Miles est coutumier…
Facile à dire… Ils n’ont pas encore débarqué de leur capsule spatiale qu’ils sont attaqués par un étrange vieillard. Après une brève bagarre, l’individu s’enfuit, mais Miles et Ivan ont pu s’emparer d’un objet bizarre, une sorte de bâton. On dirait une clé électronique…
En fait de bâton, c’est de la dynamite qu’ils détiennent sans le savoir. Bientôt Miles découvre qu’un complot se trame contre Barrayar et décide d’enquêter. Mission « diplomatique » ? A d’autres !

En guise d’avant-goût :

 — Yenaro t’a eu et il m’a eu. Jamais deux sans trois. La troisième fois, ce sera quoi, d’après toi ? Et nous, quel tour pourrions-nous lui jouer ?
Miles médita longtemps avant de répondre :
— Tout dépend si Yenaro s’amuse uniquement ou si lui aussi est… pris dans le même piège. Et s’il existe un rapport entre celui qui est derrière Yenaro et la mort de Ba Lura.
— Un rapport ? Mais quel rapport ?
— Nous, Ivan. Deux ploucs de la cambrousse barrayarane débarquent dans la Capitale, des gogos faciles à berner. Quelqu’un nous utilise. Et je crois que ce quelqu’un… vient de faire une grave erreur dans le choix de ses instruments. Ou de ses gogos. 

Mon avis :

Une bonne lecture !

C’est le sixième tome de la saga Vorkosigan que je lis. J’ai eu un peu plus de difficulté à plonger dans ce tome. Le début m’a happée plus lentement que pour les précédents tomes. Pourtant, il était très intrigant.

Dès le début de la saga, l’auteure nous présente les cetagandans comme les ennemis de Barrayar (planète de Miles Vorkosigan), seulement, c’est un ennemi lointain et difficilement perceptible ! J’étais curieuse de voir à quoi ressemble les Cetagandans et en savoir plus sur leur culture et leur peuple. 

L’auteure se renouvelle ! 

Miles est toujours ce nabot intelligent et réfléchit. J’ai eu le plaisir de découvrir une autre facette de Miles, un peu plus humaine avec ces incertitudes et sa jalousie de son cousin, Ivan, le dragueur invétéré. Il aurait bien besoin de quelques coups de pieds au fesses (excusez moi le vocabulaire). Son cousin m’a plus charmée car il apporte une touche d’humour. J’ai bien souri en sa compagnie. 

Ils sont amenés à voyager sur Eta ceta, planète des Cetagandans, mais leur arrivée ne se fait pas sans heurtes. Ils sont agressés, reçoivent des cadeaux imprévus et légèrement empoisonnés. En plus, Miles aurait mis le pied dans un complot, dont il ne comprend pas toutes les retombées. Il va mener l’enquête. 

Un mix!

Ce tome est un mélange des genres : policier, fantasy et science fiction. J’avais un peu peur d’être perdue. Seulement, quand Miles mène l’enquête avec l’intelligence de Sherlock Holmes, toute en finesse, subtilité et légèrement impertinent avec les convenances. C’est fascinant et déroutant. 

En résumé : Encore un bon tome ! Une autre facette de Miles qui m’a fascinée, légèrement agacée. Ivan est plus charmant et comique. Pour sûr, je vais continuer cette saga. 

Notation : 15/20

Publicités

Laisser un commentaire