Après trente ans de vie commune, Laure est larguée par son mari, parti avec une employée de maison.
Ukrainienne ambitieuse, Irina est l’épouse d’un Genevois de bonne famille, qui ne manque pas une occasion de lui faire sentir sa basse extraction.
Ex mannequin slovène, Melania a épousé un Priape à la crinière de feu et se retrouve First Lady contre son gré.
Quels liens unissent ces trois femmes qui ne se connaissent pas ?
Des maris dominateurs et la volonté de s’émanciper ? Sans doute. Mais aussi un typhon répondant au doux nom de Mangoustan.
Il s’apprête à balayer Hong Kong le week-end où chacune d’elle est venue s’y ressourcer.

En guise d’avant-goût :

« Moi, j’ai envie de faire un scandale, de crier à ma belle-famille que c’est leur faute si leur fils est un égoïste déloyal, incapable d’exprimer ses sentiments. Je leur en veux de dire que dans ces histoires, les torts sont partagés ! J’ai envie de foutre le feu au sapin et de casser la vaisselle ; qu’ils voient comme j’ai mal et comme je suis déçue, qu’ils voient ce qu’il a fait de moi. Envie de dire à mes enfants qu’il n’y aura plus de fête ensemble, plus de famille, et que c’est à leur père d’en répondre. Qu’ils n’ont pas le droit de me considérer comme la briseuse d’ambiance, l’esprit chagrin, le pisse-vinaigre. Que je leur ai donné mon amour, mais que je ne peux pas leur donner mon amour-propre. Et puis que j’ai peur qu’Armand ne devienne comme son père. »

Mon avis :

Une bonne lecture !

C’est une bonne lecture. Je suis rentrée assez facilement dans l’histoire, ou plutôt les histoires. Ce roman dresse le portrait de 3 femmes bien différentes. Melania est la Première Dame des Etats-Unis donc la femme de Donald Trump. Irina, une jeune femme ukrainienne qui essaie de se mettre à l’abri du besoin. Et Laure, une quinquagénaire à peine divorcée qui cherche sa nouvelle identité de femme célibataire. Trois vies qui ont subi des bouleversements importants. Ils ont des retentissements dignes de l’effet domino. Comment vont-elles réagir face à l’adversité ?

Un thème d’actualité !

Il remet en question la place de la femme dans notre société, de simple poupée à femme indépendante. Il n’y a qu’un pas mais est-ce que la femme se réduit à cela ? Est-elle obligatoirement l’une ou l’autre ? Ce thème est original et bien traité par l’auteur avec sensibilité et franchise.

Un récit détonnant !

La météo a l’air de faire résonance dans ce roman. Une bourrasque est similaire à un changement dans la vie de ces femmes. C’est un parallèle intéressant mis en exergue par une plume contemplative, calme et piquante à la fois. Piquante comme la tempête, qui semble pointer le bout de son nez prête à frapper.

Un petit point négatif !

Le côté contemplatif me plait de plus en plus, seulement, ce récit est jalonné de quelques longueurs. C’est bien dommage.

En résumé : Une bonne lecture avec des portraits de femmes originales et communes à la fois. Ils interrogent la.e lectrice.eur. C’est une belle découverte, quoiqu’il y ait parfois quelques lenteurs.

Notation : 15/20

Publicités

3 commentaires sur « Mangoustan de ROCCO GIUDICE »

Laisser un commentaire