À la question « Où êtes-vous née ? », Patricia
Loison répondait toujours : « Je suis arrivée à
l’aéroport d’Orly, en 1971. » Comme si tout ce qui
précédait son adoption n’avait jamais existé.
Il a fallu qu’un événement violent, intime, vienne
ébranler sa vie pour réaliser que tout cela n’était que
légende. Avant d’arriver, Patricia Loison était née de
mère inconnue, à New Delhi. Et de cette première
séparation, dormait la douleur trop longtemps niée
d’avoir été abandonnée.
Plus de quarante ans après les faits, Patricia Loison part donc, en fille autant qu’en journaliste, à la recherche de cette mère biologique, grande absente du récit familial. Où est-elle ? Pourquoi les Missionnaires de la Charité n’ont-elles pas gardé sa trace ? Comment retrouver ces femmes oubliées dont on accueillait les nouveau-nés sans poser suffisamment de questions ? Et surtout, quel est son nom ?

En guise d’avant-goût :

Pour expliquer mon histoire, il y a toujours eu deux versions : le hasard ou le destin, une vision plus large, un dessein. Des prières là-bas qui ont obtenu leurs réponses ici. Depuis l’enfance, j’ai choisi la seconde. Mon existence _ sort chamboulé ou fabuleux, c’est selon _ doit avoir un sens. Ce n’est pas juste de la roulette. C’est le choix d’un Dieu bon. Pour moi et pour les parents.

Mon avis :

Une très bonne lecture !

C’est une très bonne lecture, un roman autobiographique très riche tant par le thème que par les sentiments.

Une petite présentation de l’auteure!

C’est une journaliste de France télévision. Elle parle de son adoption et de son vécu. Son adoption n’a jamais été un mystère. Ce n’est pas une découverte en soit. Elle adore ses parents adoptifs. Cependant à la naissance de son premier enfant, cela bascule!  Elle se cherche, cherche ses origines, sa mère, les raisons de son abandon et peut-être un peu elle-même dans tout ça. D’où je viens ? Qui est ma mère ? Pourquoi m’a-t-on abandonnée ? C’est une quête peut-être vaine. Si cette quête m’a extrêmement touchée, au début, elle m’a laissée sur ma faim dans la deuxième moitié du roman.

D’autres questions sont soulevées!

Quand Patricia Loison a son premier enfant, je pense que, pendant un instant, elle s’identifie à cette mère inconnue. Elle se demande comment elle a pu l’abandonner. Sa quête l’amènera à se demander : qu’aurais-je fait si, à 15-16 ans, j’avais eu un enfant hors mariage en Inde? Elle nous interroge aussi sur la condition féminine dans le tiers monde plus particulièrement en Inde.
Comment être mère si ma propre mère biologique n’a pas pu ?

Une belle écriture avec un petit laisser aller !

Si au début, ses phrases sont poignantes, pleine d’émotions et de sentiments. Si elles impliquent la.e lectrice.eur dans son histoire, elles sont plus fades sur la fin exprimant ainsi probablement une déception. Peut-être est-ce parce qu’au début du récit, l’auteure sait  interpeller sa.on lectrice.eur alors qu’elle se recentre sur elle-même.

Un thème qui me tient à cœur !

C’est un thème qui m’intrigue et qui me touche, ma meilleure amie et son frère ont été adoptés. Je ne lui ai jamais demandé comment elle avait vécu son adoption. Ce n’est pas un tabou. Seulement, je me suis toujours dit que si elle avait besoin d’en parler, je serais là. Je ne suis donc pas étrangère à cette recherche des racines qui les a touchés. Je pense que lire ce livre était aussi une façon pour moi de me rapprocher de ma meilleure amie.
L’adoption est un sujet qui me taraude depuis que j’ai fait un stage en PMA (procréation médicalement assistée) en Italie. J’ai eu l’occasion de voir des femmes de 36 à 42 ans qui subissaient des traitements hormonaux parfois très durs et pour certaines la première fois et d’autres la neuvième fois. Pourquoi pas l’adoption ? Seulement voilà avec mes études en santé, j’ai vu qu’il était largement plus compliqué sur le plan administratif d’adopter que de faire une PMA . Est-ce normal ? Bref, ce livre a nourri encore un peu plus ce débat.

En résumé : L’auteure aborde la thématique de l’adoption avec douceur, émotion et introspection… Certains moments m’ont bouleversée. Dommage, pour cette fin teintée de déception (je ne sais si l’auteure voulait transmettre cette émotion, seulement c’est mon ressenti) car c’est une belle fin.

Notation : 16/20

Publicités

Un commentaire sur « Je cherche encore ton nom de PATRICIA LOISON »

Laisser un commentaire