Cher.e.s voyageur.e.s,

Aujourd’hui, je vous présente le premier paragraphe de ma lecture en cours : La menteuse et la ville de Ayelet Gundar-Goshen :

À la fin de l’été, la chaleur extérieure pesait toujours autant, collée aux pages des journaux et de tout aussi mauvais augure. Lorsque s’amorça le changement de saison, les habitants de la ville, calfeutrés dans leurs appartements climatisés, ne se rendirent pas compte que l’air s’était rafraîchi, s’automnisait. Peut-être d’ailleurs que cette brève saison se serait annoncée puis esquivée sans que personne n’y prenne garde si de longues manches prévoyantes n’avaient soudain éclos dans les vitrines.

J’espère qu’il a aiguisé votre curiosité. Pour l’instant, cette LC avec Tortellini de Livre Est-ce de la nuit me plait, m’intrigue et m’interroge… Il me manque seulement un petit quelque chose au niveau du rythme.

Publicités

Laisser un commentaire