Ninn fut découverte tout bébé dans le métro parisien par deux ouvriers effectuant des réparations sur les voies. Aujourd’hui, Ninn a onze ans et le métro est son univers. Elle en connaît le moindre recoin et s’y sent comme chez elle. Mais en dépit de sa joie de vivre, Ninn se pose mille questions. D’où vient-elle? Quels sont ces souvenirs lointains et incompréhensibles qui hantent ses souvenirs, elle qui n’a jamais mis le pied hors de Paris? Pourquoi voit-elle, depuis peu, des essaims de papillons parcourir les galeries, invisibles aux yeux de tous sauf aux siens? Toutes ces questions la taraudent, d’autant qu’une sourde menace la traque sans répit…

En guise d’avant-goût :

Mon avis :

Une très bonne lecture !

C’est une BD jeunesse prenante et douce. Ninn est née dans le métro. Des ouvriers de la voirie l’ont découverte seule. Comment résister à sa bouille toute mignonne ? Ils l’adoptent. Elle grandit dans le métro, seulement, elle est loin d’être comme tous ces voyageurs “désabusés”. Au contraire, avec son regard innocent et sagace, elle nous dépeint un tout autre paysage. Elle y passe du temps. Elle ne voit pas que des gens repliés sur eux-mêmes ou dans l’univers fictif des réseaux sociaux, mais des sources d’informations/de savoirs. Elle en connaît tous les recoins.

Seulement, tout bascule !

C’est lors d’une visite de ces lignes de métro préférées, qu’elle découvre un SDF avec une éprouvette chassant des papillons. Cependant, il n’y a pas de papillons. Ninn ne les voit pas, les autres non plus. Elle le croit fou.

Puis, elle se met à les voir (commotion cérébral?), mais le SDF a disparu. Que sont ces papillons? Des visions de l’esprit ou des petits cailloux à suivre ? Mais surtout que font-ils dans le métro ?

Une trame originale !

J’ai beaucoup aimé cette quête dans le métro. Elle est prenante d’autant plus que Ninn est un personnage attachant. Elle m’a conquise. La fin de ce premier tome est surprenante et laisse la.e lectrice.eur avec plus de questions que de réponses. J’ai hâte de connaître la suite.

Les dessins !

Je pense qu’il n’y a pas plus adapté. Les couleurs sont tellement belles. Ce mélange de vert et de violet ainsi que d’autres nuances, je suis totalement fane. Ils donnent un plus au récit.

En résumé : C’est une belle BD jeunesse avec une trame originale et poétique. Elle a changé mon regard sur les RER et métros. J’ai hâte de lire la suite.

Notation : 17/20

Publicités

5 commentaires sur « Ninn T1 : la ligne noire de DARLOT ET PILET »

      1. Tout à fait ! Heureusement, j’avais déjà eu l’occasion de feuilleter la BD parce que lire en numérique… Je trouve que tu perds en appréciation, mine de rien, et j’ai donc fait en sorte de prendre le recul pour ça mais, ce qui est sûr, c’est que je ne lirai plus de BD en numérique (à part sur des sites comme Comixology, éventuellement, mais rien n’est aussi agréable qu’une BD ou un comics au format papier ♥).

Répondre à Univers parallèles de Millina Annuler la réponse.