Dans le village de Lourde-Brume, vit un jeune garçon : Edward Sakedos. Mais il n’est pas un enfant comme les autres : c’est un nécromant, un magicien capable de communiquer avec les morts. Pour se venger des vacheries de ses camarades de classe et les effrayer, Edward décide d’invoquer Wilfried Desfriches, condamné à la peine capitale pour avoir assassiné treize enfants. Mais alors que le zombie sort de sa tombe, celui-ci lui confie qu’il n’a jamais tué personne, qu’on l’a accusé à tort, et que le vrai meurtrier court toujours et risque de récidiver à tout moment.

Commencent alors les péripéties d’Edward Sakedos pour sauver les enfants du village de Lourde-Brume.

En guise d’avant-goût :

Ne pas mettre au max car l’audio est déjà assez élevé…

Mon avis :

Une excellente lecture !

J’ai adoré ce roman jeunesse (pas d’âge limite pour le lire), atypique, vivant… Je me suis plongée rapidement dans cet univers et attachée à tous les personnages (enfin presque). Aussitôt ouvert et presque aussitôt fini! Une deuxième belle lecture avec cet auteur. Sa plume est toujours aussi riche, fluide et les phrases coulent de source. Le vocabulaire et la trame sont adaptés à un jeune public sans être trop simpliste. 

Une trame à la Tim Burton !

Dans le village de Lourde-Brume, Edward Sakedos a développé une nouvelle passion assez particulière pour un jeune homme de 13 ans. Il est exalté par l’occulte, les vieux grimoires, les morts, les cimetières et les chroniques nécrologiques, plus particulièrement celle de Wilfried Desfriches. Il aurait tué 13 enfants de 13 ans. Oui, je suis d’accord avec vous, c’est un peu flippant mais croyez-moi, ce n’est pas morbide. Il veut seulement devenir nécromant : parler aux morts et leur donner des ordres. C’est plutôt classe. Ce jeune homme est solitaire et sujet aux moqueries de ses camarades de classe. Et il en a ras la casquette, alors, pourquoi pas utiliser ses pouvoirs de nécromant ?  Seulement tout ne se passe pas comme prévu. Le bras vengeur de Wilfried Desfriches n’est finalement pas si soumis et loin de l’image d’un tueur en série. Effectivement, ce n’est pas lui, mais alors qui ? Sa vengeance se transforme rapidement en quête de vérité.

Cette histoire n’est pas sans nous faire penser aux Noces funèbres de Tim Burton, l’univers étant similaire et complémentaire. L’auteur a su le développer sans que ça paraisse être un copycat. Que de souvenirs, j’adorais ce film ! Cela m’a rendue un peu nostalgique.

Une intrigue ensorcelante !

Si dans la première partie du livre, les premiers rebondissements se sont avérés assez prévisibles, même si le comment restait un mystère, je peux vous dire sans spoils que la seconde partie, sans être comme un cheveu sur la soupe, est bien plus surprenante et pleine de suspense. La fin m’a laissée sur les fesses. C’est génial ! Un second tome de prévu ?


“Maeva était souvent de bonne humeur, rares étaient les fois où elle avait un coup de blues. Elle était très taquine, surtout avec le jeune Sakedos qui se retenait souvent de piquer des crises de nerfs. Et elle était aussi très bavarde. Edward évitait de lui poser des questions : la réponse pouvait être tellement longue qu’à la fin, il ne se rappelait plus ce qu’il lui avait demandé.
Quant à sa sensibilité avec les bestioles mortes, Edward ne fut pas surpris de constater qu’elle était douillette et que l’idée de toucher une grenouille inanimée équivalait à embrasser un serpent venimeux.
– Franchement, c’est abusé de faire un truc pareil à une pauvre grenouille. C’est vrai quoi, elle n’a pas de coeur cette prof ? Je suis sûre que si c’était son chat ou son chien, elle y réfléchirait à deux fois… Mais bon, je sais même pas si elle a un chat ou un chien… et comment je fais, moi, pour parler de disséquer un chat ou un chien, quelle horreur…

Ah ! Maeva est géniale, une vrai bouffée d’air frais et le véritable antagoniste de notre protagoniste. Je pensais que je ne l’aimerais pas, seulement, sa joie de vivre est tellement communicative. C’est mon personnage coup de cœur, quoique j’hésite avec notre zombie faux tueur en série, je nomme Wilfried Desfriches.

En résumé : une excellente lecture jeunesse mais pas que ! Une intrigue tellement prenante dans un univers digne des Noces Funèbres de Tim Burton.

Notation : 18/20

NB : J’ai eu un peu de mal avec les graphismes de la couverture. Et pourtant, elle est totalement adaptée à l’histoire.

Publicités

11 commentaires sur « Edward Sakedos, l’apprenti nécromant de ANTHONY LAMACCHIA »

Laisser un commentaire