« Il ne se passe jamais rien ici. »
Annette, physicienne en retraite, a choisi la tranquillité de la campagne bretonne, pour rédiger l’œuvre de sa vie : la théorie du Tout.
Mauvaise idée ! Dès le lendemain de son arrivée, la châtelaine d’à côté est retrouvée égorgée.
Qui l’a tuée ? Sa fille, qui ne peut plus la supporter ? Son mari, cloué dans son fauteuil roulant ? Ou faut-il chercher plus loin dans le passé la raison d’un meurtre aussi sauvage ?
L’inspecteur Yvinec reste perplexe.
Mais Annette a décidé de mettre son grain de sel…
Entre règlements de comptes et déclamations poétiques, une plongée sans temps mort dans une vieille affaire de famille.

En guise d’avant-goût :

Cette fois-ci, ce fut Marie-Gaïdig qui les regarda, en secouant la tête d’un air navré. Elle repensa aux jumelles qu’ils avaient épousées : deux avocates avec deux notaires, c’était à pleurer de rire. Le jour de leur mariage double, elle avait glissé à son père avant l’échange des anneaux : “Pourvu qu’ils aient pas de jumeaux!”

Mon avis :

Une très bonne lecture ! 

C’est une très bonne lecture. J’ai été happé dès les premières pages. Certes, c’est un petit livre de 80 pages mais il est riche en événements. Il est impossible de le lâcher. 

Une intrigue bien ficelée !

Dans une petite ville de Bretagne, une mère de famille est retrouvée morte le jour suivant son anniversaire. Un lendemain d’anniversaire plein d’hémoglobine (sans être gore et glauque) ! Le soir du meurtre, son mari et ses deux fils ont dormi sur le domaine.  Sa fille, MG, s’en est allée furibonde et a eu des propos menaçants envers sa mère. Le lendemain, elle est morte. A-t-elle tué sa mère ou serait-ce un peu plus compliqué que cela ? 

Des personnages bien construits ! 

Malgré un nombre de pages réduits, ce fut une réelle surprise de voir des personnages aussi bien travaillés. J’ai d’ailleurs une petite préférence pour le personnage d’Annette, une petite Miss Marple en herbe qui fait face au cancer avec brio. C’est aussi une physicienne retraitée qui n’arrive pas à laisser de côté sa théorie à part pour une enquête et encore. Elle forme un duo avec l’inspecteur Yvinec non sans rappeler Hercule Poirot et l’Inspecteur Japp. Je me suis attachée à tous les personnages sauf à la victime. Je voulais qu’aucun d’eux soient coupables, à part, peut-être un des jumeaux, j’ai eu un peu de mal à les dissocier. Mais bon, je ne vous en dirais pas plus. Je ne veux pas vous spoiler. 

Une plume simple ! 

C’est très positif car l’auteure est douée d’une plume simple, fluide et addictive. En peu de temps, elle a planté un décor et elle a mis au point une intrigue cohérente, des rebondissements et du suspense. Je me doutais un peu de la fin mais, même comme ça, j’ai été surprise. L’auteure a réussi à m’embrouiller. Chapeau ! 

En résumé : C’est une très bonne lecture prenante, addictive et fluide. Une enquête non sans rappeler Miss Marple d’Agatha Christie, elle est très sympa et cohérente. 

Notation : 17/20

Publicités

2 commentaires sur « Meurtre au vert de CLAIRE GARAND »

Laisser un commentaire