Cher.e.s voyageur.e.s,

Voici un extrait de ma lecture en cours La perle et la coquille de Nadia Hashimi :

« Je comptai rapidement les billets, pris mon butin et me dépêchai de rentrer à la maison pour le montrer à Madar-jan. Ma marche se transforma en petites foulées quand je me rendis compte que je n’avais pas besoin d’être pudique et bien élevée. Je testai un vieil homme qui passait par là. Je plantai mes yeux dans les siens, et constatai qu’il ne réagit pas à mon audace. Électrisée, je me mis à courir plus vite. Personne ne me regarda de travers. Mes jambes étaient libérées, je courais dans les rues sans que mes genoux ne frottent contre ma jupe et sans me soucier des regards réprobateurs. J’étais un jeune homme et c’était dans ma nature de courir dans les rues. »

J’adore la plume de l’auteure, imagée, crue et choquante. Elle est adaptée à son histoire.

Publicités

Laisser un commentaire