En guise d’avant-goût :

Quand j’étais gamin, on ignorait le chômage. Mon père en parlait souvent, avec des mots terribles, mais la menace nous paraissait loin. En grandissant, la crise a pourri notre petit univers aussi sûrement que les métastases d’un cancer. J’ai vu la souffrance s’installer dans les yeux de ceux qui allaient pointer, au soir de leur vie, sans plus d’espoir de retrouver la dignité du boulot.

Mon avis :

Une excellente lecture !

C’est un excellent thriller, je dirais plutôt un roman noir. Il m’a un peu fait penser à Les salauds devront payer de Emmanuel Grand de part son thème. C’est un policier (roman noir) sociétal très intéressant sur la désertification des entreprises dans les régions rurales françaises et les luttes ouvrières.

C’est mon premier livre de l’auteur et sans doute pas le dernier.

Un bon scénario !

René, un légionnaire retraité retourne chez son père atteint d’un cancer de l’estomac. Il n’en a plus pour très longtemps. Bien que René n’ait pas une belle relation avec son père, à vrai dire, elle n’a jamais été bonne. Seulement, voilà, il n’y a plus que lui. Il revient dans sa vallée natale. Elle renferme de sombres souvenirs. Son frère Remy y a trouvé la mort, assassiné, il y a 20 ans. Ce souvenir la fait fuir. Rentre-t-il dans l’optique de venger son frère ? 
Dans cette vallée sous la coupe de flic ripoux et de lutte ouvrière encore plus virulente, les ombres rôdent, les meurtriers sont libres et continue de frapper. Quand le petit Thomas disparaît, l’ancien légionnaire est le coupable idéal. L’est-il vraiment ou est-ce la bonne poire dans l’histoire ?

Y a-t-il seulement une enquête ?

La est le bémol, il n’y en a pas vraiment, en tout cas, pas au sens propre du terme. Le passé de René ne manque pas de part d’ombre ni de suspense et de rebondissements. Ce n’est pas tant l’enquête qui m’a plu, que le message du livre. Il est puissant, c’est la seule chose que je vous révélerais. Enfin, non, j’ai aussi versé quelques larmes à la fin.

Un point bonus !

Le titre comme la couverture sont comme une seconde peau. Il n’y a pas plus adapté. J’adore.

En résumé: c’est une excellente lecture, plus un roman noir qu’un policier. Il n’y a pas de vrai enquête, cela n’empêche le mystère de régner. J’ai même versé une petite larme à la fin. 

Notation : 18/20

Publicités

Laisser un commentaire