De tous temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’oeil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Equilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos.
Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste.
Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.
Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ?
Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ?

En guise d’avant-goût :

Leur foi était telle qu’une légion entière était prête à pousser les portes du Domaine de Yelma, tout en sachant que le Dieu des Maladies ne leur épargnerait rien.

Mon avis :

Une très bonne lecture ! 

C’est une très bonne lecture. La nouvelle de l’auteur se situe dans un univers complexe. Il a réussi à planter un décors assez rapidement, tout en plongeant sa.on lectrice.eur dans l’action. La méthode narrative est efficace et originale, notamment, par le vocabulaire imagé qui fait penser à l’époque médiévale. C’est un peu déroutant au début, mais, pas déplaisant. Une belle parenthèse, quoiqu’un peu frustrante, car elle est brève. Seulement, les interactions entre les personnages et l’univers en pâtissent un peu. La suite sera peut-être l’occasion pour l’auteur de les développer. 

L’univers de l’auteur est riche en créature. C’est difficile de se repérer surtout que certaines sont inventées. Il serait commode de faire un glossaire à la fin de la nouvelle. 

En résumé : C’est une très bonne lecture, une belle découverte avec un univers original.

Notation : 15/20

Publicités

Laisser un commentaire