Alors que tout le monde ne songe qu’aux prochaines élections du Parlement des Fées, Griffont doit aider un ami soupçonné de meurtre. De son côté, Isabel se trouve aux prises avec de dangereux anarchistes venus de l’OutreMonde et décidés à ensanglanter Paris pour se faire entendre. Mais ces deux affaires pourraient bien être liées, et nos deux héros ne tarderont pas à lever le voile sur un secret ancien susceptible d’ébranler le trône d’Ambremer. Un secret que convoite le Reine Noire, jumelle maléfique et ennemie acharnée de la reine des fées.

Citation en guise d’avant-goût :

« — Vous êtes honnête, réfléchi, juste.
— Si j’étais cynique, je vous répondrais que ce ne sont pas des qualités en politique. Je n’aime pas les intrigues. Les ambitions me fatiguent et l’hypocrisie m’exaspère. Je ne suis pas patient. Je dis les choses telles qu’elles sont. J’ai souvent trop d’orgueil et je me lasse vite de ménager les susceptibilités. Je ne supporte pas l’incompétence, les calculs, les mesquineries, les privilèges, les ronds de jambe. Et… Et plus je vous parle, mieux je comprends que ce pour quoi je refuse est paradoxalement ce pour quoi vous m’avez choisi. »

Mon avis :

Une très bonne lecture ! 

C’est une très bonne lecture, mon préféré de la saga. Il m’a beaucoup plu. J’ai eu la sensation que les actions s’enchaînaient avec plus de fluidité et une plus grande facilité à me glisser dans le récit. La dynamique entre Isabelle et Griffont s’en trouve enrichi, elle gagne en profondeur. J’ai eu l’impression que la plume de l’auteur avait aussi gagné en expérience.

Isabelle, toujours dans la panade ! 

 Quelqu’un à une dent contre Isabelle de Saint Gil. Elle a l’art et la manière de s’attirer l’animosité des gens. J’avais hâte de voir si elle réussirait à se sortir d’affaire. Griffont, preux chevalier sur son cheval blanc est toujours là pour aider ou sauver la demoiselle en détresse !

Une trame accentuée !

Les actions s’enchaînent avec légèreté, l’enquête avance, rebondit et nous surprend. La trame de l’enquête est un peu plus évidente que dans les tomes précédent sans pour autant être cousu de fil blanc.  

Ce Paris des merveilles un peu moins présent ! 

Il est un peu moins présent dans les descriptions. Comme je l’avais dit dans la chronique du premier tome, c’est un point qui me plaisait. Je vis à Paris et Pierre Pevel a su me la montrer sous un autre jour. Seulement en lisant ce livre, je me suis dit que peut-être qu’il y en avait trop au détriment de l’intrigue. C’est peut-être pour ça que ce tome m’a happé plus que les autres. Il n’a cependant pas perdu cette touche originale. Ces petites anecdotes historiques sur les différents lieux sont toujours un délice et une belle découverte. 

Un point qui revient souvent dans cette saga ! 

Le manque de profondeur dans les émotions des personnages _je fonctionne beaucoup sur les émotions_ est le point négatif, quelque soit le tome de la saga. Il y a peut-être un léger mieux dans ce tome même si j’étais dans de meilleure disposition. Ceci pourrait expliquer cela. C’est dommage parce que même les personnages secondaires ont un certain potentiel, ils sont originaux, comique mais pas assez développé pour être marquant.

En résumé : C’est un très bon tome de clôture et une très bonne lecture. J’ai adoré ce nouveau tome plus prenant et fluide. Une alliance de plusieurs genres différents, un beau et bon cocktail !

Publicités

Un commentaire sur « Le Paris des merveilles T3 : Le Royaume immobile de PIERRE PEVEL »

Laisser un commentaire