Deux lycéens qui auraient pu ne jamais se croiser. Qui ne savaient pas ce qu’est être aimé. Et qui pourtant se sont trouvés. Rev gardera toujours dans sa chair les cicatrices des sept années qu’il a subies sous les coups de son père. Quant à Emma, c’est dans son cœur qu’elle porte les siennes : elle n’existe pas aux yeux de son père, et sa mère veut tout contrôler. Rev et Emma ne se sont jamais vus que de loin.
Pourtant, le hasard les réunit, un soir. Petit à petit, les deux ados blessés s’apprivoisent, et, chaque jour, partagent leurs doutes et leurs peines. Malheureusement, ce moment de grâce ne pouvait pas durer. Rev est parti rendre visite à son père, qui a refait surface. Sauf qu’Emma a besoin d’aide. Harcelée par un gamer appelé Nightmare, elle s’adresse à la mauvaise personne – un garçon qui fréquente le jeu vidéo en ligne qu’elle a créé pour s’évader.
Rev rejoindra-t-il Emma à temps pour la sauver ?

Citation en guise d’amuse bouche :

— Jusqu’à maintenant je ne t’ai vu qu’avec un sweat quinze fois trop grand pour toi, je n’étais pas préparée à… ça, finit-elle avec un geste de la main.
Je me renfrogne.
— Tu te fous de ma gueule ?
— Hein ? Vu comme tu es musclé, je serais vraiment débile de faire un truc pareil. Tu t’es déjà regardé dans un miroir ?
Je frémis.
— Arrête.
— J’ai l’impression que je viens de voir Clark Kent se transformer en Superman.

Mon avis :

Une très bonne lecture ! 

C’est une très bonne lecture. J’ai eu du mal à me laisser happer. La mise en situation est un peu lente. Une fois ce passage à vide passé, l’histoire se complique et pique ma curiosité. Elle devient prenante, intéressante. Elle m’a conquise de part sa complexité psychologique. 

Deux histoires en miroir ! 

Emma est une jeune Geek de 16 ans, créatrice d’un jeux vidéo en ligne, OTHERLAND. Elle subit depuis quelques temps un cyber harcèlement insidieux. Elle n’en a parlé à personne même pas à ses propres parents. Ils sont trop occupés à se chamailler ou à sa meilleure amie à la vie trop parfaite. Son seul confident est un ami sur la toile, Ethan. Elle ne l’a jamais rencontré mais c’est une oreille attentive et de bon conseil. 

Rev, quant à lui, est un jeune homme adopté. A 5 ans, il est mis chez une famille d’accueil après avoir subi des sévices de la part de son père. Il finira par être adopté. Après 13 ans de silence, son père le recontacte.

Emma et Rev se rencontrent, se livrent avec des limites, bien sûr… Vont-ils savoir s’écouter ? S’entraider ? Se rapprocher et peut-être devenir ami? 

Une thématique riche ! 

Le thème du harcèlement est déjà rare dans les livres et le septième art, le cyberharcèlement l’est d’autant plus. L’auteure a très bien su traiter les dimensions psychologiques du harcèlement. Les émotions et les sentiments qui traversent les victimes : le fait de diminuer l’impact des mots, de se reprocher l’action de l’autre et ceux malgré l’irrationalité de cette réaction. L’ambiguïté de cette réaction est vraiment bien développée, elle s’y attarde et essaye de sensibiliser sa.on lectrice.eur à la situation et réussi. 

Un autre thème présent est le sentiment de culpabilité des victimes de violences parentales, un thème, un peu plus présent dans les romans. Et comme le cyberharcèlement, la.e lectrice.eur se met facilement dans la peau des personnages et en comprend bien toute l’étendu. 

Une autre thématique rentre en ligne de mire celle des foyers d’accueil. Les parents adoptifs de Rev décident d’accueillir Mathew, un gosse qui a rencontré de nombreuses difficultés. L’apprivoiser ne sera pas simple. Sa présence dans le roman enrichit cette thématique et m’a permis de m’attacher à toute la famille de Rev sans exception.

J’en profite pour vous dire que tous les personnages secondaires en valent le détour, ils sont plus ou moins plaisant, mais ils sont très bien développés.

Suspense ! 

L’intrigue est captivante. Je les ai disons vu venir et en même temps pas, disons que l’auteure m’a fait perdre le nord. La fin n’était qu’attente et surprise, un bon rythme.  

En résumé : Cette histoire en miroir rend compte de toutes les dimensions émotionnelles de ces deux thématiques. Elle est assez lente sur le début mais une fois lancée, elle est difficile à lâcher. C’est une très bonne lecture, elle est riche psychologiquement, surprenante et prenante.

Notation : 17/20

Publicités

Laisser un commentaire