Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.
La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.
Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.
Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.
Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?

Citation en guise de mise en bouche :

« – Oui, beaucoup. Dépêche-toi d’écrire ton bouquin, parce qu’il fait déjà partie de ma PAL.
– Ta PAL?
– Ma Pile À Lire.
Il en sort un, regarde la quatrième de couverture.
– Désolé, marmonne-t-il, mais je ne crois pas que tu vas aimer mon style.
Il le remet à sa place. En sort un autre.
– Tu as l’air d’aimer les romans d’amour, et ce n’est pas du tout mon truc.
Je cesse de plier mes tee-shirts pour marmonner :
– Non. Je t’en prie, ne me dis pas que tu fais partie de ces prétentieux qui jugent les gens aux livres qu’ils aiment.
– Pas du tout ! assure-t-il. C’est juste que je suis incapable d’écrire un roman d’amour. À dix-huit ans, on n’est pas trop expert en la matière.
Je m’adosse à la porte de la penderie. »

Mon avis :

Une excellente lecture !

Cette romance est une excellente découverte et première lecture de Colleen Hoover. J’ai adoré surtout la première partie du roman, elle est très prenante et addictive. La deuxième est un peu plus lente, et je n’ai pu m’empêcher de soupirer “c’est bon, j’ai compris et donc ?”. Le scénario de cette romance m’a charmée, il est original et plutôt bien développé de sorte qu’il gagne en crédibilité.

Un scénario rocambolesque !

Fallon est couverte de cicatrices à la suite d’un incendie. Il a eu lieu un 9 novembre, depuis elle doit vivre avec ces cicatrices, affronter le regard des autres, leur dégoût… Elle s’est construit une armure pour tenir les autres éloignés. C’est également un 9 novembre qu’elle a rendez-vous au restaurant avec son père et on ne peut pas dire qu’il ait bien commencé. Heureusement, il est marqué par l’entrée en scène de Ben, digne des comédies romantiques hollywoodiennes. Ils décideront de se voir tous les 9 novembre pendant 5 ans. C’est un pacte pour ne pas avoir de regret : Fallon devra en contrepartie s’ouvrir plus au monde, sortir et faire des rencontres et Ben devra écrire un livre sur ces rencontres du 9 novembre sur ces 24 h rien qu’à eux. Est-ce qu’ils vont s’y tenir, envoyer ce plan en l’air ou se perdre de vue ? Finiront-ils ensemble ?

Une narration concentrée sur 1 jour de l’année !

Le livre se concentre sur cinq 9 novembre, les 24 h de cette journée. La.e lectrice.eur apprend à connaître les protagonistes sur ce laps de temps, tout en gardant une part de mystère. Eh oui ! on peut en apprendre beaucoup en 24 h mais ce n’est pas assez pour résumer toute une vie.

Un petit flottement !

J’ai eu, au début de la deuxième partie du livre, envie de baffer Fallon.   Heureusement, son comportement, à ce moment-là, ne dure pas longtemps. Il donne lieu à un rebondissement un peu pour faire durer l’histoire. Seulement après coup, je l’ai trouvé justifié, mais sur le moment, ça m’a fait grincer des dents.

Un final sans grande surprise !

Oui, comme dans beaucoup de romances, j’ai vu venir cette fin. Seulement le mystère dans cette romance ne réside pas dans la fin mais plutôt dans le comment on arrive à cette fin. C’est le chemin qui y mène, l’important.

En résumé : C’est une romance originale, piquante et drôle. Elle m’a transportée et mis le sourire aux lèvres.

Notation : 18/20

Publicités

Laisser un commentaire