Cher(e)s Voyageur(e)s,

Le principe est de présenter une citation extraite de la page 31 de ma lecture en cours. La citation est sensée être une phrase. Je préfère que ce soit un peu plus long. Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Les bavardages de Sophie. Je participerais à ce rendez-vous ponctuellement, quand l’occasion se présentera.

Voici un extrait de la page 31 de La matière noire de Nicolas Bocq :

Nos sourires photogéniques ne trahissaient pas notre bonheur d’être le 14 juillet. C’était notre révolution. On remettait les compteurs à zéro, un reset sur les mésententes de l’année. C’était jour de trêve. La bonne humeur était de mise. Les grands-pères, plutôt rustres d’ordinaire, nous appelaient affectueusement « les rabolions ». Après le défilé, un verre était offert, et le ballon de rouge à la main, sourire aux lèvres, ils leur arrivaient de nous ébouriffer, de nous appeler par nos prénoms. Puis je retrouvais rapidement mon survêtement fétiche pour aller disputer les-épreuves-du-14-juillet. C’était une belle idée républicaine qu’avait la mairie d’organiser ces manifestations pour tous les villageois et particulièrement aux bénéfices des enfants. Une cagnotte mise de côté récompensait tous les participants d’épreuves sportives mais aussi d’habileté. Cela permettait d’abord de nous affronter tous horizons confondus, puis de rétablir un vrai lien social entre les habitants, et enfin de gagner quelques dizaines de francs qui seraient promptement dépensées chez le fleuriste en pétards et autres farces et attrapes pour les festivités du soir.

Bonne lecture ! ♥

Publicités

Vos commentaires font toujours plaisir :)